Gestion-Les encours au plus haut en France grâce aux marchés-AFG

jeudi 17 octobre 2013 15h26
 

PARIS, 17 octobre (Reuters) - Les encours gérés pour compte de tiers sur le marché français ont atteint un plus haut historique, avec plus de 3.000 milliards d'euros à fin septembre, selon les données publiées jeudi par l'Association française de la gestion financière (AFG).

Cette performance résulte toutefois essentiellement d'effets marché favorables qui masquent les difficultés du secteur en proie à un environnement restant difficile à court terme avec notamment une avalanche de réglementations au niveau européen.

Les encours sous gestion ont atteint 3.036 milliards d'euros à fin septembre, en hausse de 3,3% sur les neuf premiers mois de l'année, après une progression de 6,2% en 2012.

Fort d'une hausse des marchés d'actions entre janvier et septembre, +17,3% pour l'indice CAC 40 incluant les dividendes , l'effet de marché atteint 46,7 milliards d'euros sur la période quand la décollecte s'élève à 57,8 milliards pour les OPCVM à vocation générale (i.e ne présentant pas de particularités en matière d'univers d'investissement et de qualification des souscripteurs).

"Les principales raisons sont la forte baisse au cours de ces dernières années des placements financiers des ménages, leur concentration sur les dépôts et livrets et la diminution des réserves des investisseurs institutionnels", commente l'AFG dans un communiqué.

L'association souligne également la situation réglementaire européenne avec la multiplication des dispositifs: AIFM, UCITS V, PRIPS, MIF II, EMIR, fonds monétaires, fonds long terme, etc.

"Si chacun d'entre eux a sa raison d'être et contient des dispositions utiles, l'effet global de cette avalanche est un accroissement des coûts, une restriction des opportunités d'investissement et une désorientation des acteurs, y compris les investisseurs, peu favorables au rétablissement de la confiance", relève l'AFG.

Des gérants et analystes interrogés par Reuters avaient prévenu en milieu d'année que l'érosion des marges à laquelle est confronté le secteur de la gestion en France depuis le début de la crise en 2007 devrait se poursuivre sur fond de guerre des prix et de multiplication des contraintes réglementaires. (voir )

L'association salue par ailleurs l'introduction, dans la loi de finances pour 2014, de plusieurs dispositions favorables à l'épargne en actions (relèvement du plafond du PEA, création d'un PEA PME-ETI et abattement plus rapide sur les plus-values "actions").   Suite...