ENCADRE-PSA-Les syndicats perplexes sur une entrée de l'Etat

samedi 12 octobre 2013 16h11
 

* La perspective de l'arrivée de Dongfeng plutôt bien reçue

* L'Etat contre-poids à un investisseur étranger ?

PARIS, 12 octobre (Reuters) - Les syndicats de PSA Peugeot Citroën se montraient perplexes, samedi, sur une éventuelle participation de l'Etat à une augmentation du capital du constructeur automobile français mais estiment, sauf la CGT, que ce serait une "bonne nouvelle".

La plupart des dirigeants syndicaux interrogés par Reuters voient également d'un bon oeil la perspective d'une prise de participation substantielle du chinois Dongfeng Motor, si elle se confirme.

Selon des sources proches du dossier, PSA prépare une augmentation de capital de trois milliards d'euros, partagée à égalité entre l'Etat français et Dongfeng - information que la présidence, services du Premier ministre et du ministre de l'Economie ont refusé jusqu'ici de commenter. ( )

Les dirigeants syndicaux disent n'avoir aucune information sur ce projet. Christian Lafaye, de Force ouvrière, a seulement confirmé que des dirigeants de PSA étaient partis pour la Chine - "Ils sont partis hier", a-t-il dit.

Xavier Lellasseux, de la CFDT, s'est déclaré "agréablement surpris mais étonné" d'une éventuelle participation de l'Etat.

"C'est étonnant parce que l'Etat français n'a pas beaucoup d'argent", a-t-il dit. "On ne s'attendait pas à ce que l'Etat injecte de l'argent dans le secteur automobile, d'autant que (le ministre du Redressement productif) Arnaud Montebourg a quand même dit que l'automobile n'était pas un secteur d'avenir."

"Si c'était avéré, c'est plutôt une bonne nouvelle parce qu'il est absolument vital d'avoir une augmentation de capital", a-t-il ajouté. "Que l'Etat mette de l'argent, c'est bien."   Suite...