Mauvais T3 en vue pour le fixed-income des banques américaines

lundi 30 septembre 2013 18h15
 

par Lauren Tara LaCapra

NEW YORK, 30 septembre (Reuters) - Les résultats des grandes banques de Wall Street au troisième trimestre pâtiront de la baisse des marchés obligataires, conséquence des annonces de la Réserve fédérale sur sa politique monétaire.

Les analystes anticipent un recul de 20% à 30% des résultats dans le "fixed-income" par rapport à l'an dernier et ont commencé à revoir à la baisse leurs estimations de bénéfice pour des établissements comme Goldman Sachs et Morgan Stanley . Les mauvaises performances attendues font d'ailleurs craindre à certains professionnels de Wall Street une nouvelle vague de réductions d'effectifs, selon un trader.

Le troisième trimestre est traditionnellement une période creuse pour les activités de trading des banques, mais il s'annonce encore plus mauvais cette année avec la décision de la Fed, le 18 septembre, de laisser inchangé le niveau de ses rachats d'actifs alors qu'un début de réduction était largement inscrit dans les cours.

L'activité des banques sur le marché obligataire et la valeur de leurs portefeuilles s'en sont trouvés affectés, ce qui pèsera sur leurs résultats.

"D'après ce que je vois, c'est surtout au niveau de l'activité que cela fait mal. Ils sont très très faibles", déclare Richard Ramsden, analyste qui couvre le secteur bancaire pour Goldman Sachs.

La banque d'investissement Jefferies Group a donné un avant-goût de la situation en annonçant le 17 septembre une chute de 88% de ses résultats dans le fixed-income lors du trimestre clos le 31 août, à 33 millions de dollars contre 266 millions un an plus tôt. Jefferies n'est pas directement comparable aux grandes banques de Wall Street à cause de sa taille plus modeste et de son exercice décalé, mais ses performances bien plus mauvaises que prévu ont interpellé.

La semaine dernière, le coprésident du directoire de Deutsche Bank, Anshu Jain, a averti lors d'une conférence que les revenus de la banque dans le trading obligataire accuseraient une "baisse significative" au troisième trimestre en raison de la chute des volumes. Des responsables de JPMorgan Chase & Co, Morgan Stanley et Barclays ont tenu des propos semblables ces dernières semaines.

  Suite...