Bourse-L'avertissement de Ryanair plombe le secteur aérien

mercredi 4 septembre 2013 11h52
 

PARIS, 4 septembre (Reuters) - Les compagnies aériennes européennes chutent lourdement en Bourse mercredi matin, l'avertissement sur ses résultats annuels lancé par le groupe irlandais Ryanair intensifiant les inquiétudes des investisseurs pour un secteur déjà soumis aux effets des tensions géopolitiques sur les cours du pétrole.

A 11H46, l'indice Thomson Reuters regroupant les compagnies aériennes européennes perd 6,83%, dans le sillage de Ryanair, qui dévisse de 13% dans des volumes représentant 6,4 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois.

A Paris, Air France-KLM cède 3,61%, contre un repli de 0,68% pour l'indice SBF 120. Lufthansa abandonne 5,33% de son côté à la Bourse de Francfort.

La compagnie aérienne irlandaise, qui dépassait régulièrement le consensus ces dernières années, dit s'attendre désormais à un bénéfice net au bas de sa fourchette précédemment communiquée de 570-600 millions d'euros, voire en-deçà si la tendance se poursuit l'hiver prochain. (voir )

"Le fait que Ryanair fasse état d'une faiblesse persistante pour les prochains mois en pleine saison haute (pour l'activité du secteur, NDLR) devrait constituer une source d'inquiétude pour les investisseurs et leurs attentes en matière de résultats", estime Joe Rundle, responsable du trading chez ETX Capital.

Ryanair a prévenu que son précédent objectif de résultat net pour l'exercice serait difficile à atteindre du fait de la concurrence qui l'oblige à maintenir des prix bas tandis que les politiques d'austérité en Europe et la dépréciation de la livre affectent la demande.

UBS s'inquiète également dans une note concernant plusieurs compagnies aériennes commerciales de la situation des volumes, le broker doutant d'une amélioration des capacités de transport au quatrième trimestre.

"C'est une annonce décevante du secteur aérien qui subit également en ce moment la pression de la hausse des cours du pétrole liée aux tensions politiques au Moyen-Orient. Les compagnies aériennes pourraient connaître de nouvelles détériorations de leurs profits en cas d'intervention militaire occidentale en Syrie pendant une période prolongée", prévient Joe Rundle.

Le baril de Brent mer du Nord pour livraison en octobre se maintient au-dessus des 115 dollars avec la montée des tensions autour de la Syrie, Barack Obama ayant obtenu le soutien du président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, pour une intervention militaire américaine contre le pouvoir syrien en place. (voir ) (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)