Bourse-Sanofi soutenue par la confiance dans ses fondamentaux

mardi 20 août 2013 11h40
 

PARIS, 20 août (Reuters) - L'action Sanofi signe mardi matin la seule hausse du CAC 40, les investisseurs jugeant sous-évalué le groupe pharmaceutique pour lequel les analystes se montrent confiants, et soulignant la qualité des fondamentaux.

A 11h29, le titre avance de 0,4% à 77,71 euros, contre un recul de 1,45% pour le CAC 40 et un gain de 0,35% pour l'indice Stoxx du secteur européen de la santé.

"L'action est nettement sous-évaluée compte tenu des perspectives d'une croissance durable à deux chiffres", estime dans une note Jefferies, qui conseille le titre à l'achat avec un objectif de cours de 100 euros.

"Nous appelons les investisseurs à faire preuve de courage sur Sanofi après quelques trimestres de déception. Le second semestre devrait montrer une nette inflexion dans la croissance et les estimations du consensus à moyen-long terme semblent beaucoup trop faibles", ajoute le broker dans une note.

Sanofi a abaissé sa prévision de bénéfice par action pour 2013 après des résultats du deuxième trimestre affectés par la dégradation de ses activités au Brésil et un essoufflement de son dynamisme dans les pays émergents, à cause de la concurrence des génériques.

De son côté la société d'investissement italienne FinLABO souligne le niveau de rentabilité atteint par le groupe avec un rendement de 14% sur les actions ordinaires contre environ 8% pour le coût du capital.

Sanofi se paye 13,3 fois ses résultats attendus pour les 12 prochains mois (PE) et 1,7 fois sa valeur comptable (PB) contre, en moyenne, un PE de 15,3 et un PB de 6,1 pour ses principaux concurrents européens, montrent des données Thomson Reuters.

"La société affiche des fondamentaux convenables et une prévision solide de résultats, la valeur semble sous-évaluée au regard des résultats attendus et pourrait offrir un bon potentiel de hausse", souligne FinLABO.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes anticipent une croissance annuelle du chiffre d'affaires supérieure à 5% pour les deux prochains exercices, pour une marge opérationnelle autour de 30%. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)