LEAD 1-ThyssenKrupp - Perte inattendue au T3 2012-2013

mardi 13 août 2013 20h12
 

(Actualisé avec précisions)

FRANCFORT, 13 août (Reuters) - ThyssenKrupp a subi une perte inattendue au titre du troisième trimestre de son exercice fiscal 2012-2013, sous le coup à la fois de nouvelles pertes de sa division Steel Americas et du faible niveau des prix de l'acier.

ThyssenKrupp cherche depuis plus d'un an à céder sa filiale Steel Americas, qui comprend ses opérations au Brésil et en Alabama aux Etats-Unis.

Sur le troisième trimestre 2012-2013, ThyssenKrupp a accusé une perte de 238 millions d'euros alors que les analystes financiers interrogés par Reuters avaient anticipé un bénéfice de 58,5 millions.

Pour l'ensemble du groupe, la perte ressort à 362 millions d'euros alors qu'il avait dégagé un bénéfice de 109 millions d'euros un an auparavant.

Le groupe a répété être en discussions très avancées avec un candidat à l'achat de Steel Americas, ajoutant qu'il restait en contact avec d'autres parties intéressées.

Le président de son directoire Heinrich Hiesinger cherche à déplacer le centre de gravité de son groupe pour l'éloigner un peu du marché de l'acier, très volatile, pour le concentrer sur les activités aux marges plus lucratives, ascenseurs ou équipements industriels.

Dans une conférence donnée à des analystes, il a toutefois qualifié "d'absurdités" les spéculations autour d'une cession de ses activités européennes dans l'acier, avant d'indiquer que les difficultés financières traversées par le groupe n'avaient aucun impact sur son carnet de commande.

Plus tôt dans la journée, deux sources avaient dit que le sidérurgiste allemand envisageait différentes options pour la vente de Steel Americas, ajoutant que le groupe ne pourrait céder que ses opérations aux Etats-Unis au vu du temps que prennent les négociations concernant son aciérie brésilienne. (voir )

Le groupe allemand a commencé à s'implanter au Brésil il y a sept ans voulant y profiter d'une main d'oeuvre bon marché au coeur de la première économie latino-américaine.

Ce pari s'est avéré désastreux en raison d'une hausse des coûts salariaux, d'une hausse des cours du minerai de fer, du renchérissement du réal brésilien au moment même où la demande américaine s'effondrait. (Maria Sheahan, Benoît Van Overstraeten pour le service français)