France-Une hausse de la CSG ne servirait pas qu'aux retraites

lundi 12 août 2013 10h41
 

* Le taux de CSG pourrait être relevé jusqu'à 0,5 point

* Une hausse de la taxe sur les dividendes également envisagée

* Elle éviterait un relèvement des cotisations des entreprises

PARIS, 12 août (Reuters) - Une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), déjà envisagée pour financer la réforme des retraites, pourrait aussi servir à renflouer les caisses des branches famille et assurance maladie de la sécurité sociale, selon le quotidien Les Echos.

Le gouvernement réfléchit également à la possibilité de relever le taux de la taxe à 3% qui pèse sur les dividendes versés par les entreprises, ce qui permettrait de les faire contribuer à la réforme des retraites sans augmenter les cotisations, et donc le coût du travail, écrit lundi le journal.

Alors que le recours à la CSG est une piste qui semble privilégiée pour la réforme des retraites, pour laquelle le gouvernement doit trouver sept milliards d'euros à l'horizon 2020, Les Echos croit savoir que deux scénarios sont à l'étude.

Le premier serait celui d'une hausse "a minima" de son taux, de l'ordre de 0,2 à 0,3 point, uniquement consacrée à la réforme des retraites, 0,1 point rapportant de l'ordre de 1,2 milliard d'euros.

Le second porterait sur une hausse allant jusqu'à 0,5 point de la CSG, une partie allant à l'assurance maladie et à la branche famille de la sécurité sociale, dont la somme des déficits devrait encore dépasser 10 milliards d'euros cette année.

Il s'agirait de préparer le transfert à la Cades (Caisse d'amortissement de la dette sociale) de nouvelles dettes - les déficits cumulés 2012, 2013 voire 2014 -, sachant que des recettes supplémentaires doivent dans le même temps lui être allouées pour ne pas prolonger la durée de vie de cette caisse dont la disparition est prévue entre 2023 et 2025.   Suite...