Monte Paschi - Perte nette du T2 plus marquée que prévu

mercredi 7 août 2013 18h16
 

MILAN, 7 août (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di Siena , la troisième banque italienne au coeur d'une série de scandales comptables, a fait état mercredi d'une perte trimestrielle plus marquée que prévu en raison d'une hausse des provisions destinées à couvrir de mauvaises créances.

Celle qui se présente comme la plus vieille banque du monde a ainsi accusé une perte de 279,3 millions d'euros sur la période avril-juin, cinquième perte trimestrielle d'affilée de l'établissement, alors que cinq analystes interrogés par Reuters avaient tablé en moyenne sur un résultat négatif de 150,6 millions d'euros.

Comme d'autres banques italiennes, Monte Paschi a été contrainte d'augmenter les dépréciations sur des prêts, à 545 millions d'euros à la fin du deuxième trimestre, une hausse de 12,5% par rapport au trimestre précédent.

A la fin juin, le ratio Core Tier 1, une mesure clef de la solvabilité d'une banque, était de 11% et ce en tenant compte de la contribution positive de l'aide de l'Etat, contre 11,1% à fin mars.

Seule grande banque du pays à avoir dû recourir à une aide de l'Etat, Monte Paschi est soupçonnée d'avoir conclu avec la Bank of New York un accord secret afin de tromper les autorités de supervision et de mener à bien l'acquisition de sa concurrente Antonveneta en 2007. (voir )

La banque, qui a des liens historiques avec le centre gauche italien, s'est également retrouvée au centre d'un scandale de pertes sur dérivés intervenues entre 2006 et 2009, qui vont amputer ses comptes 2012 de quelque 730 millions d'euros.

Mardi, UniCredit, première banque italienne, avait annoncé une hausse de 35% de ses provisions sur risque de crédit. (Silvia Aloisi, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)