LEAD 1-T. Italia abaisse son objectif d'Ebitda, recul du titre

vendredi 2 août 2013 11h37
 

* Chiffre d'affaires recule de 2,7% au S1

* Telecom Italia voit son Ebitda reculer autour 5% en 2013

* Le titre perd 4% (Actualisé avec détails)

MILAN, 2 août (Reuters) - Telecom Italia a abaissé vendredi son objectif de résultat brut d'exploitation (Ebitda) 2013, évoquant une situation difficile sur le plan de la conjoncture économique, de la concurrence dans le secteur et de la réglementation.

Dans un communiqué, le leader italien des télécoms a annoncé qu'il attendait désormais une baisse de quelque 5% de son Ebitda cette année, alors qu'il tablait auparavant sur un repli compris entre 1% et 5%.

Vers 09h40, le titre Telecom Italia reculait de 3,88% à 0,4926, accusant l'une des plus fortes baisse de l'indice Euro Stoxx 600. De son côté, l'indice regroupant les valeurs télécoms européennes cédait 0,18%.

Des provisions pour écarts d'acquisitions de 2,2 milliards d'euros ont entraîné les comptes du groupe dans le rouge au premier semestre, avec une perte nette de 1,407 milliard d'euros. Son chiffre d'affaires sur la période a baissé de 2,7% à périmètre constant et son Ebitda a diminué de 6,8%.

"En Italie, un marché caractérisé par une forte pression sur les prix particulièrement dans le mobile, nous avons apporté une réponse ferme en proposant des offres très compétitives au second trimestre et en investissant une partie de nos marges afin de retenir et attirer de nouveaux consommateurs", déclare dans un communiqué Franco Bernabe, administrateur délégué du groupe.

Telecom Italia a confirmé son intention de scinder son réseau de téléphonie fixe, ce qui pourrait lui permettre de réduire sa dette et d'investir dans l'accès très haut débit à internet.

Il y a près d'un mois, l'opérateur italien a mis aux contacts avec Hutchison Whampoa sur une éventuelle fusion de leurs activités italiennes dans la téléphonie mobile, préférant se concentrer sur ce projet de scission du fixe. (voir )

Telecom Italia a maintenu son objectif de stabilité de son chiffre d'affaires annuel à périmètre constant, tout en ramenant son endettement net ajusté de 28,8 milliards d'euros fin juin à 27 milliards d'euros. (Danilo Masoni, Juliette Rouillon, Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)