Armani n'utilisera pas son cash pour des acquisitions en Italie

mardi 21 mai 2013 10h59
 

MILAN, 21 mai (Reuters) - Giorgio Armani n'a pas l'intention d'utiliser sa trésorerie pléthorique pour racheter d'autres sociétés italiennes dans la mode et les protéger d'éventuels acquéreurs étrangers, a déclaré le couturier au quotidien italien Corriere della Sera, tout en annonçant une croissance de ses ventes sur l'année 2012.

Le chiffre d'affaires de la maison de couture de Giorgio Armani a progressé de 16% à 2,091 milliards d'euros en 2012, une croissance plus forte que l'an dernier sur tous ses marchés, après notamment l'ouverture de 100 magasins dans le monde, a-t-il dit avant la publication des résultats de la société.

A la question de savoir s'il comptait avoir recours à sa trésorerie pour racheter des sociétés italiennes, il a répondu: "Prendre la tête d'un conglomérat perturberait un équilibre très délicat. Personnellement, j'ai toujours associé une bonne trésorerie aux concepts d'indépendance et de solidité."

Le groupe de luxe, connu pour son style minimaliste, est assis sur une trésorerie nette de 565 millions d'euros, ce qui lui donne une puissance de tir pour réaliser des acquisitions.

Giorgio Armani, qui à 77 ans n'a pas de dauphin désigné pour diriger son vaste empire, a déclaré qu'il avait déjà prévu sa succession sans toutefois donner plus de précisions.

"J'aimerais vous rassurer. Tout est sous contrôle", a-t-il dit. "Je prépare la phase 'après moi' depuis des années. J'ai une équipe de travail de confiance qui sera capable de gérer la transition en toute tranquillité quand le temps viendra." (Lisa Jucca, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)