Thomas Cook se refinance et vise une reprise du dividende

jeudi 16 mai 2013 10h41
 

LONDRES, 16 mai (Reuters) - Thomas Cook a dévoilé jeudi un plan de refinancement de 1,6 milliard de livres (1,89 milliard d'euros) pour réduire sa dette et reprendre le versement de dividende, dernière mesure en date pour redresser les comptes du plus vieux voyagiste du monde.

Le groupe britannique fondé il y a 172 ans a annoncé jeudi son intention de lever jusqu'à 425 millions de livres sterling (503 millions d'euros) via un placement et une augmentation de capital, ainsi qu'environ 441 millions via une émission d'obligations.

Il a également obtenu un montant supplémentaire de 691 millions de livres de facilités de crédit bancaire.

L'annonce fait grimper le titre de 7,12% à 154,66 pence à 8h20 GMT, portant la valorisation du groupe à près de 1,4 milliard.

Thomas Cook souffre depuis deux ans d'une baisse de ses ventes qui l'a obligé à renégocier ses crédits bancaires, ainsi qu'à céder des avions et des agences pour alléger sa dette.

Depuis l'arrivée à la direction de Harriet Green, l'été dernier, la société a réduit ses coûts et ses effectifs dans le but d'améliorer ses résultats de 350 millions de livres d'ici 2015. (voir )

Harriet Green a précisé jeudi que ces dernières initiatives lui permettraient de réduire sensiblement son endettement, qui était de 1,2 milliard de livres fin mars, et de recommencer à verser des dividendes.

Thomas Cook a également annoncé que sa perte avant impôts de avait été ramenée à 390,9 millions de livres sur le premier semestre de l'exercice, à fin mars , contre 584,1 millions pour la même période de l'an dernier, grâce aux réductions de coûts et à une meilleure performance de ses activités britanniques.

La marge opérationnelle courante s'est améliorée de 110 points de base à 20,7% par rapport à l'an dernier, précise la société.

Ses réservations pour l'été 2013 représentent environ 60% de ses capacités, en hausse de 2% sur l'an dernier. (Rhys Jones, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)