L'"Abenomics" va réduire les profits des banques japonaises

mercredi 15 mai 2013 12h10
 

TOKYO, 15 mai (Reuters) - Les trois principales banques japonaises ont annoncé mercredi s'attendre à une baisse de leurs bénéfices cette année, la nouvelle politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) devant se traduire par une chute rapide des profits qu'elles engrangent sur le marché obligataire sans pour autant relancer rapidement leurs activités de crédit.

Les prévisions prudentes dévoilées par Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG), Mizuho Financial Group et Sumitomo Mitsui Financial Group (SMFG) illustrent la transition à laquelle est contrainte le secteur après le virage pris le mois dernier par la BoJ, qui va désormais acheter elle-même 70% des emprunts émis par l'Etat.

Cette nouvelle concurrence de la BoJ va priver les banques d'une bonne partie des revenus réguliers qu'elles réalisent depuis des années sur le marché des obligations de l'Etat japonais (JGB), grâce auxquels elles compensaient la faiblesse de la demande de crédit des entreprises et des ménages.

"Nous tirions d'importants profits de la vente (de JGB) au cours du précédent exercice financier mais nous nous attendons à ce qu'ils baissent fortement cette année", a dit Nobuyuki Hirano, le président de MUFG, numéro un du secteur, lors de la présentation des résultats mercredi.

Si l'objectif de la BoJ est de relancer l'activité économique et le crédit pour sortir le Japon de la déflation, la demande de crédit ne devrait pas décoller rapidement, alors que la faiblesse des taux d'intérêt pèse déjà sur les marges.

Les entreprises japonaises, si elles continuent d'emprunter pour financer des acquisitions, restent réticentes à s'endetter pour assurer leur croissance interne, a noté Koichi Miyata, le président de SMFG, troisième banque de l'archipel.

"Nous n'avons pas encore observé de forte demande de financements destinés à des investissements productifs ou aux fonds de roulement", a-t-il dit.

MUFG prévoit une baisse de 11% de son bénéfice net pour l'exercice entamé début avril, Mizuho et SMFG sur des reculs respectifs de 10% et 27%.

Sur l'exercice clos fin mars, MUFG a déjà vu son résultat net diminuer de 13% à 852,62 milliards de yens (6,46 milliards d'euros), le résultat de l'année précédente intégrant une importante plus-value générée par sa participation de 22% dans l'américain Morgan Stanley.   Suite...