JFE revient au bénéfice au T1, mais ne donne pas de prévision

mardi 23 avril 2013 09h15
 

TOKYO, 23 avril (Reuters) - Le sidérurgiste japonais JFE a fait état mardi d'un retour aux bénéfices au premier trimestre 2013, mais s'est abstenu de donner une prévision pour l'ensemble de l'année fiscale, en raison d'incertitudes sur les prix de l'acier.

Le groupe a enregistré un bénéfice avant impôts et éléments exceptionnels de 29,2 milliards de yens (227 millions d'euros) entre janvier et mars, après une perte de 6,3 milliards de yens sur la même période en 2012.

JFE, deuxième sidérurgiste japonais après Nippon Steel & Sumitomo Metal, n'a pas donné de prévision pour l'exercice fiscal en cours, citant le fait que les fournisseurs de matières premières fixent leurs prix pour moins longtemps, ainsi que les incertitudes liées à des négociations en cours sur les prix des produits en acier.

Les analystes interrogés par Thomson Reuters I/B/E/S estiment en moyenne que JFE devrait enregistrer un bénéfice courant de 191,2 milliards de yens pour cette année fiscale, grâce à une réduction de ses coûts, une revalorisation de ses stocks et la baisse de la devise japonaise.

Les sidérurgistes japonais espèrent que leurs exportations bénéficient de l'affaiblissement du yen, mais elles risquent d'être affectées par une hausse prévue de la capacité de production de leurs concurrents sud-coréens Posco et Hyundai Steel, et par des incertitudes sur la demande chinoise.

JFE compte effectuer une réduction de 100 milliards de yens de ses coûts au cours de l'année fiscale en cours, après les avoir déjà abaissés de 150 milliards de yens lors du dernier exercice.

Le groupe a par ailleurs enregistré une baisse de 1,4% de son bénéfice courant sur l'ensemble de l'année fiscale, en raison d'un déclin des prix de l'acier en Asie et d'un repli des coûts du minerai de fer qui a plombé la valorisation des stocks.

Les 52,21 milliards de yens de bénéfice avant impôts et éléments exceptionnels que JFE a rapportés pour l'année s'étant achevés en mars restent supérieurs à la prévision de 50,15 milliards de yen données en moyenne par les analystes interrogés par Thomson Reuters I/B/E/S. (James Topham, Julien Dury pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)