Vastes tricheries chez les revendeurs chinois de Volvo-cadre

vendredi 22 mars 2013 04h39
 

SHANGHAI, 22 mars (Reuters) - Environ la moitié des concessionnaires chinois de Volvo ont falsifié leurs chiffres de vente pour atteindre des objectifs fixés par le constructeur suédois et obtenir ainsi des rabais, a rapporté vendredi un cadre du groupe.

Selon le cadre, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, une enquête interne met en évidence que les revendeurs concernés ont non seulement gonflé leurs ventes en 2011, mais ont aussi rapporté des chiffres inférieurs à la réalité l'année suivante pour équilibrer leurs comptes.

Les ventes chinoises de Volvo n'ont donc pas baissé de 11% en 2012, comme annoncé, mais augmenté de 15%.

En 2011, Volvo, propriété du chinois Zhejiang Geely , n'a vendu sur ce marché que 39.871 véhicules, et non pas 47.140 comme ce qui avait été rapporté. En 2012, le constructeur a vendu 45.896 voitures en Chine, contre 41.989 initialement annoncées.

"Nous pensons avoir réglé le problème, mais le processus a été douloureux", a dit le cadre, précisant que la tricherie ne remettait pas en cause les résultats financiers enregistrés par Volvo, car le groupe les calcule à partir des ventes aux concessionnaires, et non aux consommateurs.

En revanche, les chiffres falsifiés ont empêché Volvo d'évaluer la popularité de ses différents modèles et de répondre efficacement aux évolutions de la demande en Chine, selon le cadre.

Un porte-parole de Volvo s'est contenté de reconnaître que le groupe avait découvert un "problème de transparence" en ce qui concerne ses ventes.

Le marché chinois est particulièrement important pour le constructeur suédois, qui compte presque doubler ses ventes mondiales à 800.000 unités d'ici 2020, contre 422.000 en 2012. (Norihiko Shirouzu, Julien Dury pour le service français)