Air France-Les pilotes veulent vérifier l'accord des navigants

mardi 19 mars 2013 17h42
 

PARIS, 19 mars (Reuters) - Les pilotes d'Air France veulent s'assurer que l'accord signé ce week-end par les hôtesses et stewards est bien équitable et orienté vers le redressement à long terme de la compagnie, a déclaré mardi le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL).

Un porte-parole du syndicat n'a pas confirmé une information de latribune.fr selon laquelle le SNPL a suspendu la mise en place de toute nouvelle mesure d'économies les concernant en attendant de connaître le contenu de l'accord signé par les personnels navigants commerciaux (PNC).

Le SNPL vérifiera que les hôtesses et stewards seront soumis à des mesures de productivité similaires à celles consenties par les pilotes, a-t-il précisé, et que l'engagement de la direction à ne procéder à aucun licenciement court bien jusqu'au 1er janvier 2015, comme pour les pilotes, et pas au-delà.

"Il faut que tout le monde fasse des efforts", a dit le porte-parole du SNPL Air France Louis Jobard.

Interrogé sur l'éventualité d'une grève, il a répondu que ce n'était pas à l'ordre du jour.

Le SNPL vérifiera aussi que les accords signés par les navigants commerciaux entrent bien dans une stratégie visant à rendre Air France "profitable et pérenne", en s'attaquant notamment à redresser son réseau court et moyen courrier, principal foyer de pertes de la compagnie.

Le plan de restructuration d'Air France prévoit 5.122 suppressions de postes d'ici fin 2014 dans le cadre du plan "Transform 2015" qui vise à économiser deux milliards d'euros pour réduire d'autant la dette du groupe franco-néerlandais.

Les pilotes d'Air France avaient accepté le plan en août dernier, un mois après le personnel au sol. Les hôtesses et stewards, qui avaient dans un premier temps rejeté le plan, ont finalement signé vendredi soir avec la compagnie un accord qui entrera en vigueur à partir du 1er avril.

Air France n'a pas souhaité faire de commentaire.

"Des questions ont été posées par le SNPL, il y a un débat permanent", a cependant précisé une source proche de la compagnie. "Les efforts consentis par les PNC respectent l'équité avec les autres catégories de personnel."

L'action Air France-KLM, qui a regagné 88% depuis l'annonce du plan en janvier 2012, a perdu 4,12% mardi pour clôturer à 7,961 euros, accusant l'une des plus fortes baisses de l'indice SBF 120. (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)