MBDA redoute le Livre blanc après des commandes 2012 décevantes

mardi 19 mars 2013 17h03
 

PARIS, 19 mars (Reuters) - Le constructeur européen de missiles MBDA a annoncé mardi des prises de commandes bien moins élevées que prévu en 2012 à la suite du report de deux programmes phares, et s'est montré très inquiet concernant les conclusions à venir du Livre blanc de la défense en France.

Le Livre blanc, chargé de définir les besoins et les priorités de l'armée française pour la période 2014-2019, est attendu dans les prochains jours. Plusieurs scénarios ont été évoqués, chacun d'entre eux comportant une cure d'austérité plus ou moins drastique.

MBDA, coentreprise entre EADS (37,5%), le britannique BAE Systems (37,5%) et l'italien Finmeccanica (25%), pourrait subir des renégociations à la baisse ou des rééchelonnements de contrats, comme d'autres industriels de la défense.

Les programmes ANL, missile anti-navire léger destiné à des hélicoptères et préparé en coopération franco-britannique, et MMP, missile moyenne portée destiné à succéder au missile antichar Milan, pourraient même être menacés.

"Parmi les scénarios qui sont actuellement en revue, même le meilleur d'entre eux a des conséquences négatives significatives pour MBDA et pour l'ensemble des industriels de défense en France", a déclaré le PDG Antoine Bouvier lors de la conférence de presse annuelle du groupe.

Les patrons des sept grands groupes français de défense ont écrit début mars à l'Elysée pour manifester leur inquiétude et demander à être reçus par le président François Hollande, tandis que les sénateurs ont menacé la semaine dernière de ne pas voter la loi de programmation militaire (LPM) qui découlera du Livre blanc.

Si aucun des deux programmes ANL et MMP n'est lancé, MBDA devra immédiatement décider de réduire ses effectifs, a précisé Antoine Bouvier à des journalistes.

MBDA emploie 10.000 personnes, dont 4.500 en France

Le groupe a enregistré pour 2,3 milliards d'euros de prises de commandes l'an passé, très en deçà de son objectif de plus de trois milliards d'euros, en raison du report de ces deux programmes.   Suite...