LEAD 1-Bourse-Lagardère dopé par ses résultats, sa sortie d'EADS

vendredi 8 mars 2013 10h16
 

* Résultats en ligne avec le consensus, prévision jugée rassurante

* Cession des 7,4% restants dans EADS prévue d'ici fin juillet

* Lagardère 2e plus forte hausse du SBF-120 (Actualisé avec précisions)

PARIS, 8 mars (Reuters) - Lagardère monte en Bourse vendredi matin, soutenu par la perspective de la cession de ses 7,4% restants dans EADS d'ici le 31 juillet et par des résultats sans mauvaise surprise marquante pour 2012.

Le groupe de médias a publié jeudi soir un résultat opérationnel courant (Résop) dans les médias, baromètre de son activité, de 358 millions d'euros, en hausse de 3% à périmètre et change constants, au-dessus de la stabilité anticipée par le groupe et globalement en ligne avec les attentes. (Voir ID:nL6N0BZHWY])

Les analystes se montrent également rassurés par la prévision d'une croissance de 5% au mieux du Résop de Lagardère dans les médias en 2013 à taux de change constant, en se basant notamment sur l'hypothèse d'une baisse de l'ordre de 5% des recettes publicitaires de son pôle audiovisuel et presse.

L'action progresse de 3,71% à 28,50 euros vers 10h05, affichant la deuxième plus forte hausse du SBF-120 et portant sa hausse depuis le début de l'année à 12,7%.

"La perspective de cession par Lagardère de ses actifs périphériques constitue en effet une situation spéciale, puisque leur produit pourrait (...) générer un dividende spécial extrêmement significatif, après avoir réduit la dette à un niveau plus 'soutenable'", souligne Société générale dans une note.

Arnaud Lagardère, gérant commandité du groupe, a également souligné qu'il ne prévoyait pas d'acquisition importante, ce qui a également rassuré les analystes.

Concernant l'introduction en Bourse des 20% de Lagardère dans Canal+ France dont Vivendi détient le solde, le groupe a réaffirmé se trouver dans une situation de "blocage".

Lagardère a annoncé mi-février avoir assigné Vivendi à comparaître devant le tribunal de commerce de Paris le 21 mars, lui demandant de restituer 1,6 milliard d'euros de trésorerie à Canal+ France. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Marc Joanny)