7 mars 2013 / 17:43 / dans 5 ans

LEAD 2-Lagardère sortira d'EADS d'ici juillet, Canal+ attendra

* Le groupe détient encore 7,4% d‘EADS

* L‘IPO de ses 20% de Canal+ France ralentie par une procédure judiciaire

* Baisse d‘environ 5% des recettes publicitaires en 2013

* Résop médias E358 mlns en 2012, recettes pub en baisse de 7 à 8%

* Dividende stable de E1,30 pour 2012 (Actualisé avec conférence téléphonique)

par Cyril Altmeyer

PARIS, 7 mars (Reuters) - Lagardère prévoit de céder avant fin juillet les 7,4% qu‘il détient encore dans EADS , se débarrassant d‘une participation qui était gravée dans son histoire mais qui a aussi contribué à faire peser une décote sur son cours de Bourse.

Le groupe de médias a également indiqué qu‘il visait une croissance de 5% au mieux de son résultat opérationnel courant (Résop) dans les médias en 2013 à taux de change constant, en se basant notamment sur l‘hypothèse d‘une baisse de l‘ordre de 5% des recettes publicitaires de son pôle audiovisuel et presse.

Le Résop médias, baromètre de l‘activité du groupe dirigé par Arnaud Lagardère, est ressorti à 358 millions d‘euros en 2012 contre 414 millions en 2011, notamment sous le coup d‘une baisse de ses recettes publicitaires évaluée entre 7 et 8% l‘an passé.

Malgré ces performances peu encourageantes dans une conjoncture médiocre, l‘action du groupe a pris 8,7% depuis le début de l‘année après avoir gagné 24% l‘an passé.

“On n‘est pas naïfs, on sait très bien que le cours de Bourse actuellement est dopé par la sortie d‘EADS”, a reconnu Arnaud Lagardère, gérant commandité du groupe lors d‘une conférence téléphonique.

“Cela prouve qu‘il y a aussi une confiance dans ce qui va rester dans le groupe, c‘est-à-dire ses activités dans les médias”, a-t-il cependant ajouté.

Lagardère a également précisé que son désengagement d‘EADS devrait se dérouler majoritairement via le programme de rachat portant sur un maximum de 15% des actions du groupe d‘aérospatiale et de défense dans le cadre de la réorganisation de son capital.

Le constructeur automobile allemand Daimler, l‘autre actionnaire industriel d‘EADS, avait été le premier à céder 7,5% du capital de la maison mère d‘Airbus pour 1,66 milliard d‘euros, début décembre. Il lui reste encore un deuxième bloc de 7,5% à vendre.

Arnaud Lagardère quittera son poste de président du conseil d‘administration d‘EADS à l‘issue d‘une assemblée générale extraordinaire prévue le 27 mars pour avaliser un changement de gouvernance dans le groupe d‘aérospatiale et de défense. (voir )

Le groupe de médias a réaffirmé que les produits de la cession seraient consacrés à une redistribution exceptionnelle aux actionnaires et au désendettement.

Lagardère, qui a renoué l‘an passé avec un bénéfice net part du groupe de 89 millions d‘euros après une perte en 2011, propose de maintenir son dividende à 1,30 euro par action au titre de 2012.

Arnaud Lagardère a indiqué ne pas envisager d‘acquisition importante dans l‘immédiat, soulignant notamment que le groupe n‘était pas intéressé par un rachat de l‘intégralité d‘IMG, spécialiste du marketing et des droits sportifs.

“FAIRE VALOIR NOS DROITS”

Concernant l‘autre grande cession dans les tuyaux, l‘introduction en Bourse des 20% de Lagardère dans Canal+ France dont Vivendi détient le solde, le groupe a réaffirmé se trouver dans une situation de “blocage”.

Lagardère a annoncé mi-février avoir assigné Vivendi à comparaître devant le tribunal de commerce de Paris le 21 mars, lui demandant de restituer 1,6 milliard d‘euros de trésorerie à Canal+ France.

“Ce n‘est qu‘une première étape. Ce n‘est pas un espèce d‘artifice pour faire pression pour avoir un meilleur prix, c‘est juste pour faire valoir nos droits (...), pas uniquement pour remuer de la poussière”, a déclaré Arnaud Lagardère.

Le directeur financier, Dominique D‘Hinnin, a dit espérer que la procédure judiciaire trouve son terme largement avant la fin de l‘année, confirmant viser une sortie “à un prix raisonnable” de Canal+ France.

“Pour faire un deal, il faut être deux. Il y a une volonté (de notre côté), j‘espère qu‘il y en a une de l‘autre”, a-t-il ajouté.

Mais au vu du différend entre Vivendi et Lagardère, des proches des deux groupes doutent qu‘ils puissent s‘entendre sur la transaction.

Vivendi a de son côté “formellement” contesté en février la position de Lagardère et annoncé son intention de réclamer des dommages et intérêts, demandant à ses avocats de déposer des plaintes en abus de procédure.

Avant cette dernière péripétie, Lagardère visait une introduction en Bourse de ses 20% dans Canal+ France au premier semestre 2013.

Un premier projet de mise sur le marché de cette participation avait été interrompu en mars 2011 en raison des incertitudes sur les places boursières après la catastrophe de Fukushima, au Japon.

L‘action Lagardère a clôturé en baisse de 0,6% jeudi à 27,48 euros avant la publication de ces chiffres, donnant une capitalisation de 3,6 milliards.

Voir le communiqué:

link.reuters.com/muk56t

La présentation :

link.reuters.com/guk56t

Voir aussi :

Daimler et Lagardère menacés d‘un procès pour délit d‘initiés (Edité par Benjamin Mallet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below