Pearson anticipe un bénéfice inchangé en 2013, le titre recule

lundi 25 février 2013 10h21
 

LONDRES, 25 février (Reuters) - Pearson a annoncé lundi anticiper pour 2013 un bénéfice inchangé par rapport en 2012, tout en faisant état du lancement d'un plan de restructuration de 150 millions de livres (172 millions d'euros) destiné à repositionner les activités du groupe de presse et d'édition dans le domaine de l'éducation.

A la suite de cette prévision, le titre Pearson perdait vers 9h15 GMT 3,78% à 11,70 livres, accusant l'une des plus fortes baisses des indices paneuropéens FTSEurofirst et Euro Stoxx 600.

L' action, qui avait déjà perdu près de 3% lorsque la société britannique avait annoncé une révision en légère baisse de ses prévisions 2012 le 21 janvier, affiche désormais un recul de plus 1% depuis le début de l'année alors que l'indice regroupant les valeurs médias européennes est en hausse de plus de 3% sur la période. (voir )

Le propriétaire du Financial Times et des livres de poche Penguin a précisé que son bénéfice net par action pour l'ensemble de 2012 avait reculé de 3%, à 84,2 pence, chiffre conforme à celui de 84 pence avancé par Pearson il y a un mois.

Prévoyant des conditions d'activité toujours difficiles en 2013, le nouveau directeur général du groupe John Fallon a déclaré que le plan de restructuration annoncé était censé aboutir à une accélération de la croissance à partir de 2015.

"La restructuration de l'entreprise (...) est censée renforcer radicalement les positions de Pearson dans les services numériques d'enseignement et dans nos plus importants marchés", a précisé celui qui a remplacé le mois dernier Majorie Scardino.

S'exprimant devant des journalistes, John Fallon a souligné que le Financial Times n'était pas à vendre, démentant ainsi des spéculations de presse récurrentes à ce sujet.

"Le FT est une partie précieuse de Pearson. J'ai dit que cete activité n'était pas à vendre. Nous n'avons pas lancé (...) le moindre processus en la matière et je n'ai pas non plus avec quiconque la moindre conversation concernant la vente du FT", a-t-il dit.

Fin octobre, Pearson et Bertelsmann ont annoncé la fusion de leurs maisons d'édition respectives Penguin et Random House pour créer le numéro un mondial de l'édition grand public. (Sarah Young, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)