LEAD 1-Schneider-Contrôles renforcés après une fraude comptable

jeudi 21 février 2013 13h56
 

* Le résultat net 2011 rectifié en baisse de 27 millions d'euros

* Un employé a fait des faux documents pour gonfler des ventes

* Il a été licencié, des suites judiciaires pas exclues (Actualisé avec conférence de presse)

PARIS, 21 février (Reuters) - Schneider Electric a annoncé jeudi avoir renforcé ses contrôles internes à la suite d'une escroquerie comptable qui a conduit le groupe à revoir en baisse de 27 millions d'euros son résultat net de 2011.

Le numéro un mondial des équipements électriques basse et moyenne tension a découvert fin 2011 qu'un employé haut placé dans sa branche commerciale avait surévalué le chiffre d'affaires d'une division du groupe en retardant la comptabilisation des remises que Schneider octroie traditionnellement à certains clients en fin d'année. Le groupe s'est ainsi retrouvé avec un montant de provisions pour remises sous-évalué, et donc un résultat surévalué.

"Pour arriver à cela, il a créé des faux documents, donc c'est un problème de contrôle interne qui n'étaient pas assez forts pour réaliser que les documents utilisés pour supporter les provisions que nous calculons sur ces remises étaient des faux", a expliqué Emmanuel Babeau, directeur financier de Schneider Electric, au cours d'une conférence de presse consacrée aux résultats 2012 du groupe.

"On s'en est aperçu, plusieurs actions ont suivi. En France, on a renforcé l'organisation, le collaborateur a quitté le groupe, et dans l'ensemble du monde on a également renforcé les contrôles internes pour éviter que ce genre de mésaventure se reproduise."

Emmanuel Babeau a précisé que la fraude n'avait pas eu d'impact sur le cash de Schneider, ni sur son patrimoine.

"Mais c'est un signal d'alerte que nous avons pris très au sérieux", a indiqué de son côté Jean-Pascal Tricoire, président du directoire de Schneider Electric, au cours d'une conférence avec les analystes financiers.

Interrogé sur un éventuel dépôt de plainte contre l'employé licencié, Emmanuel Babeau a répondu qu'il y avait "naturellement des suites judiciaires" dans ce genre d'affaire. Une porte-parole du groupe a précisé qu'à ce stade les commissaires aux comptes avaient simplement informé la justice française de ce qui s'était passé, comme le veut la procédure.

Schneider Electric a publié jeudi un résultat net de 1,84 milliard d'euros au titre de 2012, contre 1,793 milliard, chiffre retraité, en 2011. (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)