LEAD 1-InterContinental-Résultats en hausse, le titre recule

mardi 19 février 2013 12h59
 

(Actualisé avec cours de Bourse, commentaire d'analyste)

LONDRES, 28 février (Reuters) - InterContinental Hotels Group a fait état mardi d'une hausse de 11% de son bénéfice 2012, à la faveur de la bonne tenue de ses activités aux Etats-Unis et de son développement dans les pays émergents.

Le groupe britannique, numéro un mondial de l'hôtellerie, a également dit être bien placé pour afficher de nouvelles bonnes performances en 2013, notant au passage que le revenu par chambre (RevPAR) - mesure clef de la rentabilité dans le secteur - avait augmenté de 6,6% en janvier.

En 2012, le RevPar a augmenté de 5,2% globalement, avec des hausses de 6,3% aux Etats-Unis et de 5,4% en Chine.

InterContinental, qui a majoré de 16% son dividende au titre de 2012, à 0,64 dollar, a dégagé l'an dernier un résultat opérationnel de 614 millions de dollars (460 millions d'euros) alors que le consensus du marché, fourni par l'entreprise, était de 605 millions. Le chiffre d'affaires a progressé de 5% à 1,84 milliard de dollars.

Le groupe est propriétaire des chaînes Crowne Plaza, Holdiday Inn et Intercontinental.

Le titre perd cependant 1,51% en Bourse de Londres vers 11h50 GMT, victime de prises de bénéfices, après avoir touché son plus haut niveau historique lors de la séance précédente.

L'action vient de s'adjuger environ 30% en trois mois, portant le ratio cours/prévisions de résultats à 12 mois de IHG à environ 19,5 - contre ratio un de 20,3 pour son concurrent Marriott - en hausse d'environ 40% sur sa moyenne historique.

Le broker Investec est passé d'"achat" à "conserver" sur la valeur, jugeant la société désormais correctement valorisée.*

"Nous pensons que la parité avec ses pairs américains est justifiée et que IHG reste une valeur de fond de portefeuille dans le secteur, d'autant que nous prévoyons toujours qu'un retour de cash pour les actionnaires d'environ un milliard de dollars est probable dans les 12 mois à venir (en fonction de la cession des hôtels à Londres et New York)", estime-t-il. (Neil Maidment, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)