LEAD 1-Solucom vise au moins une acquisition au S1-Pdt

mercredi 23 janvier 2013 19h28
 

PARIS, 23 janvier (Reuters) - Le cabinet de conseil en management et systèmes d'information Solucom espère réaliser au moins une acquisition au cours du premier semestre de l'exercice 2013-2014, ce qui contribuera à la réalisation de son objectif de chiffre d'affaires à moyen terme, a déclaré mercredi le président du directoire.

"Nous avons des discussions avancées avec certaines cibles. Il est vraisemblable qu'on fasse au moins une acquisition dans les six premiers mois de l'exercice 2013-14", a déclaré Pascal Imbert à Reuters.

Le groupe, qui vise des entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à une vingtaine de millions d'euros, a annoncé le même jour une progression de 22% de son chiffre d'affaires au cours des neuf premiers mois de son exercice fiscal 2012-2013, à 95,2 millions (+10% en organique).

Solucom, qui réalise l'essentiel de son activité en France, relève que la pression sur les prix est demeurée forte, sous l'effet d'une concurrence toujours vive.

Les budgets des clients ont été comprimés et plusieurs d'entre eux ont reporté des projets à plus tard en raison de la crise économique.

Dans ce contexte, le carnet de commande du cabinet témoigne d'une visibilité limitée, à 3,4 mois à fin décembre, contre 3,5 mois à la fin du 1er semestre.

Solucom a néanmoins confirmé son objectif, revu à la hausse en novembre, d'une croissance annuelle totale supérieure à 19%, assortie d'une croissance à périmètre constant supérieure à 5%.

En ce qui concerne la rentabilité, le cabinet maintient son objectif d'une marge opérationnelle courante annuelle à deux chiffres, même si cet objectif devient selon la société "de plus en plus tendu du fait de l'environnement de marché".

Solucom est en concurrence avec les groupes français Atos , Capgemini et Devoteam ainsi qu'avec de grands groupes internationaux comme Accenture , McKinsey, Logica et IBM.

Solucom, introduit en Bourse en 2000, est valorisée sur le marché 87,6 millions d'euros. (Alice Cannet, édité par Jean-Michel Bélot)