22 janvier 2013 / 16:08 / il y a 5 ans

Pharmacie-Le Leem alerte sur les risques de pertes d'emplois

* Entre 5.200 et 41.000 emplois pourraient être supprimés d'ici à 2020

* Les partenariats et les acquisitions doivent être multipliés

* Les médicaments biologiques et l'innovation doivent être favorisé

* Les pouvoirs publics appelés à l'aide

PARIS, 22 janvier (Reuters) - L'industrie pharmaceutique pourrait encore perdre plusieurs milliers d'emplois d'ici à 2020 sous la pression de la réduction des dépenses de santé qui la pousse à couper dans ses coûts, mais la facture sociale sera plus ou moins lourde selon le scénario qu'elle choisira de mettre en oeuvre d'ici-là, selon le Leem qui fédère la profession.

Dans une étude publiée mardi, le Leem (Les Entreprises du médicament) estime les pertes d'effectifs seront de 41.000 postes à 2020 dans un scénario basé sur la poursuite des tendances actuelles mais de 5.200 si les entreprises amélioraient l'attractivité de la France comme site d'implantation.

Mais, avertit l'organisme, ce scénario ne donnera sa pleine mesure que si les pouvoirs publics font jouer les leviers politiques qui aideront cette mutation vers un nouveau modèle industriel.

Celui-ci doit être fondé sur la concentration des ressources destinées à la recherche, une simplification de l'enregistrement des produits et l'encouragement de la production en France de produits à forte croissance, poursuit le Leem.

Avec 106.600 emplois en 2009, 104.000 en 2010 et 102.800 en 2011 répartis sur les 450 sites des 280 entreprises installées en France, le médicament à usage humain représente 60% des effectifs des industries de santé.

Ses effectifs sont en baisse de 1,4% par an en moyenne depuis 2008, après une augmentation constante des effectifs lors des décennies précédente.

Dans ce contexte, des efforts d'investissements doivent être faits en R&D et en production pour réorienter le modèle de croissance vers les médicaments biologiques et innovants.

Pour y parvenir, le Leem préconise le financement de l'innovation et la multiplication des partenariats ou acquisitions par les acteurs majeurs.

Selon lui, cette transition se fera en s'appuyant sur les domaines où la recherche hexagonale est en pointe tels que l'oncologie, les anti-infectieux, les vaccins et les maladies rares.

Ce sont justement ces grands métiers qui figurent parmi les leviers de croissance choisis par Sanofi, le leader français.

Par ailleurs, l'entreprise, qui emploie environ 28.000 personnes en France, prévoit de supprimer 914 postes d'ici à 2015 dans le cadre d'un plan affectant principalement sa recherche.(ID:nL5E8KP4D8]

Grâce à cette stratégie, qui a suscité un tollé des organisations syndicales, le laboratoire français a regagné les faveurs de la Bourse au point de ravir à Total la place de première capitalisation boursière qu'il occupait depuis de 12 ans.

Voir le communiqué :

link.reuters.com/san45t (Noëlle Mennella, édité par Cyril Altmeyer)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below