6 septembre 2012 / 11:53 / dans 5 ans

LEAD 1-La Coface voit la récession s'intensifier en zone euro

* La zone euro tire “le monde vers le bas” -Coface

* Prévoit une contraction de 0,8% du PIB de la zone euro au S2

* Construction, agroalimentaire et services les plus touchés

par Matthieu Protard

PARIS, 6 septembre (Reuters) - La récession économique fragilise de plus en plus les grandes entreprises françaises, a estimé jeudi la Coface, filiale d‘assurance-crédit de Natixis .

En France comme en Espagne et en Italie, des secteurs comme la construction, l‘agroalimentaire et les services sont les plus touchés par la crise avec une augmentation des défaillances d‘entreprises et des impayés, a expliqué son directeur général Jean-Marc Pillu.

Et cette récession européenne, qui va s‘intensifier au cours du second semestre 2012 et début 2013, plombe les économies des autres pays, a-t-il ajouté lors d‘une conférence de presse à l‘occasion des résultats semestriels de la Coface.

“Nous sommes pessimistes pour 2012. La zone euro est en récession et tire le monde (...) vers le bas”, a déclaré Jean-Marc Pillu.

“On voit que nous sommes dans une espèce de cercle vicieux dont il est difficile aujourd‘hui de voir un aboutissement positif, en tout cas dans les deux semestres qui viennent (...) Au deuxième semestre, on prévoit plus une intensification de la dégradation qu‘une amélioration.”

Eurostat a fait état jeudi d‘une contraction de 0,2% du produit intérieur brut des 17 pays de la zone euro au deuxième trimestre, après une croissance nulle pour les trois premiers mois de 2012 et un repli de 0,3% au dernier trimestre 2011.

Si elle n‘avait pas affiché cette croissance nulle au premier trimestre, la zone euro serait déjà techniquement en récession. (voir )

D‘après les projections de la Coface, la zone euro devrait afficher une contraction de PIB de 0,8% au second semestre 2012 après un recul de 0,2% au premier semestre.

Cette contraction devrait être de 2,7% pour le PIB italien au second semestre et de 2,5% pour l‘Espagne. La France devrait voir son PIB reculer de 0,2% tandis que celui de l‘Allemagne ne devrait progresser que de 0,6% contre +1,2% au premier semestre.

“PAS INQUIETS” POUR LA CHINE

“Cette crise européenne devient multiforme. Certes, il y a une crise souveraine dans de nombreux pays mais progressivement elle se transforme (...) en crise bancaire, en crise sociale, en crise politique et institutionnelle”, a commenté le directeur général de la Coface.

“Tout cela se traduit par une défiance progressive à la fois des marchés financiers, des ménages et des entreprises.”

La crise au sein de la zone euro a d‘ailleurs incité l‘OCDE à revoir à la baisse ses perspectives économiques à court terme pour les principaux pays développés.

Pour enrayer la crise en Europe, tous les regards sont désormais tournés vers la Banque centrale européenne qui devait annoncer dans l‘après-midi un nouveau programme de rachat de dettes souveraines.

Pour les économies des pays émergents, la Coface se dit d‘un “optimisme modéré” et anticipe un ralentissement de la croissance cette année.

“Nous ne sommes pas si inquiets que cela sur la croissance chinoise. Structurellement, la Chine doit ralentir”, a expliqué Yves Zlotowski, économiste en chef de la Coface. “Le ralentissement sera avéré mais il sera modéré.”

Selon l‘assureur-crédit, la croissance du PIB chinois devrait être de 7,8% cette année contre 9,2% en 2011.

La Coface, qui cherche à revenir en Bourse, a publié des résultats semestriels en hausse après avoir achevé le recentrage de ses activités sur l‘assurance-crédit.

La société a dégagé au premier semestre un bénéfice net de 68 millions d‘euros, en hausse de 22,5% sur un an et de 7% hors coûts de restructurations du premier semestre 2011.

Interrogé sur la cotation en Bourse de la Coface, Jean-Marc Pillu a redit que ce projet était toujours à l‘ordre du jour mais l‘a écarté pour cette année.

“C‘est le scénario de référence”, a-t-il dit. “Les perspectives d‘ici à la fin de l‘année sont faibles. 2013 est une autre année (...) Nous sommes prêts.”

La société avait été retirée de la cote en 2002. (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below