L'assureur Ageas renoue avec les bénéfices, le titre bondit

lundi 6 août 2012 11h52
 

BRUXELLES, 6 août (Reuters) - L'assureur belge Ageas a renoué avec les profits au premier semestre, publiant des résultats meilleurs que prévu à la faveur, notamment, d'une solide performance de son activité britannique d'assurance automobile, ce qui fait grimper le titre en Bourse.

Le bénéfice net des activités d'assurance s'est élevé à 302,4 millions d'euros, en amélioration dans tous les secteurs, nettement au-dessus des 285 millions attendus par six analystes interrogés par Reuters.

Le bénéfice net de son activité d'assurance au Royaume-Uni, où Ageas vend des assurances automobile et habitation pour la chaîne de supermarchés Tesco, a crû de 67% à 50,9 millions d'euros.

Au total, le bénéfice net du groupe est ressorti à 305 millions d'euros, contre une perte nette de 59 millions d'euros un an plus tôt. Le bénéfice net du compte général est de deux millions d'euros, contre une perte nette de 170 millions il y a un an.

Le ratio combiné - le rapport de la somme des frais de gestion et du coût des sinistres sur le total des primes encaissées, un indicateur clé de rentabilité dans le secteur de l'assurance non-vie - a reculé à 98,3%, contre 100,1% un an auparavant, en raison notamment de moindres demandes d'indemnisations dans sa branche automobile.

Ageas, né du démantèlement du groupe financier Fortis, a fait savoir que son activité d'assurance-vie avait d'une part bénéficié d'une bonne performance en Asie mais d'autre part pâti d'une imposition en hausse en Belgique.

Ageas a confirmé sa prévision et table sur des niveaux d'encaissement en 2012 supérieurs à ceux de 2011.

Le groupe a par ailleurs annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions pouvant atteindre 200 millions d'euros.

A 09h50 GMT, le titre Ageas avançait de 4% à 1,714 euro, soutenant la hausse de 1,95% de l'indice du secteur de l'assurance dans la zone euro.

Le français AXA gagnait aussi 4%. (Robert-Jan Bartunek, Natalie Huet pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)