Aérien-IAG abaisse ses prévisions annuelles, Iberia pèse

vendredi 3 août 2012 08h56
 

LONDRES, 3 août (Reuters) - IAG, l'entité née de la fusion entre British Airways et Iberia, a revu à la baisse ses prévisions de résultats 2012 après que de piètres performances de sa branche espagnole et un renchérissement du coût du carburant ont plongé les comptes dans le rouge sur le premier semestre de l'année.

La quatrième compagnie aérienne européenne en termes de capitalisation boursière a annoncé vendredi une perte opérationnelle de 253 millions d'euros sur les six mois à fin juin contre un bénéfice de 88 millions d'euros sur la même période de l'année précédente.

Le chiffre d'affaires a toutefois progressé de 9,8% à 9,53 milliards.

IAG a précisé que British Airways avait, hors éléments exceptionnels, dégagé un bénéfice opérationnel de 13 millions sur le premier semestre, qui a vu Iberia être déficitaire de 263 millions.

La société a dit plancher sur un plan de restructuration de sa division espagnole, qui devrait selon elle être finalisé d'ici la fin du mois de septembre.

"Jusqu'ici, nous anticipions un résultat opérationnel à l'équilibre pour cette année, et ce après l'impact des coûts de restructuration d'Iberia et le poids que fait peser à court terme sur le bénéfice l'acquisition de bmi. Toutefois, au vu des pesanteurs macro-économiques espagnoles, nous voyons désormais une modeste perte opérationnelle en 2012", a déclaré Willie Walsh, directeur général d'IAG.

Les compagnies aériennes européennes sont confrontées à la fois à une baisse des dépenses de voyages liée à la crise de la dette de la zone et à une hausse du prix du kérosène, ce qui a amené bon nombre d'entre elles à fermer certaines routes jugées non-rentables.

IAG a dit que ses coûts du carburant avaient augmenté de 25% à un peu moins de trois milliards d'euros.

Air France-KLM, qui a annoncé lundi une perte opérationnelle trimestrielle moins marquée que prévu, est en train de mettre en oeuvre un plan destiné à économiser deux milliards d'euros d'ici fin 2014. (voir )

Lufthansa, qui a cédé sa filiale déficitaire bmi à IAG, a annoncé en mai son intention de supprimer 3.500 postes. (Rhys Jones, Benoit Van Overstraeten pour le service français)