BIC-Briquets et rasoirs ralentissent au T2, objectifs confirmés

jeudi 2 août 2012 08h17
 

PARIS, 2 août (Reuters) - BIC a confirmé jeudi ses objectifs annuels malgré un ralentissement de la croissance de ses ventes de briquets et de rasoirs entre le premier et le deuxième trimestre dans un contexte économique incertain sur les marchés matures.

Le groupe a réalisé sur les six premiers mois de l'année un chiffre d'affaires de 945,8 millions d'euros, en hausse de 5,8% à base comparable, et un résultat net, part du groupe, de 142,7 millions d'euros (+20,4%).

Le résultat d'exploitation normalisé est ressorti lui à 210,1 millions d'euros (+13,4%), soit une marge de 22,2%.

"Comme prévu, le rythme de croissance du chiffre d'affaires s'est ralenti au cours du deuxième trimestre", a commenté BIC dans un communiqué. "Pour le reste de l'année, notre objectif est de continuer à renforcer nos positions dans un environnement économique très compétitif et toujours difficile."

BIC a maintenu son objectif annuel d'une marge d'exploitation normalisée proche du niveau de 2011 et d'une croissance d'environ 5% à base comparable de son chiffre d'affaires.

Au deuxième trimestre, l'activité papeterie a profité d'un décalage de livraison favorable des commandes pour la rentrée scolaire, mais les ventes de stylos en 2012 sur les marchés matures dépendront "des dépenses et de la confiance des consommateurs, encore difficiles à prévoir dans l'environnement actuel."

Sur les autres marchés, la papeterie et les rasoirs ont réalisé au premier semestre une solide performance au Mexique et en Argentine, et les briquets au Mexique, en Amérique centrale, au Moyen-Orient et en Afrique.

En revanche, le chiffre d'affaires des produits publicitaires et promotionnels a baissé de 5,6% en base comparable au premier semestre dans un environnement économique européen toujours très difficile en Espagne, en Italie et en Grèce.

L'action BIC a clôturé mercredi à 82,51 euros, donnant une capitalisation boursière de près de quatre milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a gagné plus de 20%, après une hausse de 6,5% sur l'ensemble de 2011.

* Le communiqué (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)