Telefonica contrainte à l'austérité, comme l'Espagne

jeudi 26 juillet 2012 17h23
 

* Le groupe de télécoms renonce à payer un dividende en 2012

* Le dividende prévu pour 2013 réduit de moitié

* L'endettement massif est jugé insoutenable

* Possible effet domino d'une dégradation de la note de Madrid

par Clare Kane et Leila Abboud

MADRID, 26 juillet (Reuters) - La décision de Telefonica de supprimer son dividende pour la première fois depuis la guerre civile espagnole des années 1930 illustre une menace qui concerne de nombreuses entreprises du pays: celle de voir l'intensification de la crise économique rendre leur endettement insoutenable.

Le groupe de télécoms a choqué les investisseurs mercredi soir avec cette décision inattendue, censée lui permettre de conserver une note financière en catégorie d'investissement, un statut aujourd'hui remis en cause par deux agences de notation, alors que sa dette avoisine 57 milliards d'euros.

Telefonica avait pourtant, comme d'autres géants espagnols tels le pétrolier Repsol et la banque Santander , longtemps vu dans sa présence internationale un bouclier contre les vicissitudes du marché espagnol, fragilisé par l'éclatement de la bulle immobilière il y a quatre ans.

Mais alors que l'Espagne est sous le feu de la crise de la dette en zone euro, les entreprises du pays peinent elles aussi à se financer sur les marchés et s'activent pour réduire un endettement massif hérité des années fastes.   Suite...