PSA pour une extension des conventions temps partiel sur ses sites

jeudi 26 juillet 2012 11h35
 

PARIS, 26 juillet (Reuters) - PSA Peugeot Citroën est favorable à un allongement du dispositif d'Activité partielle de longue durée (APLD) pour faciliter le reclassement des salariés touchés par sa restructuration, a déclaré jeudi le président du directoire du constructeur Philippe Varin.

"Je pense qu'il y a matière à réflexion sur un allongement du dispositif actuel dans le temps qui permette à nos collaborateurs d'être formés et de pouvoir passer le temps suffisant dans la reconversion (...) réflexion que nous avons d'ailleurs entamée avec le ministère du Travail", a-t-il dit devant la commission mixte des Affaires économiques et sociales de l'Assemblée nationale et du Sénat.

Le système de convention APLD est un dispositif alternatif au chômage partiel classique qui prévoit le versement d'allocations complémentaires aux salariés subissant une réduction d'activité. Financé conjointement par l'entreprise, l'Etat et l'Unedic, il permet de verser 75% du salaire brut des salariés concernés.

Créé en décembre 2009 et renforcé en 2012, le dispositif actuel est conclu pour des périodes de trois mois minimum renouvelables, mais sans que la durée totale ne puisse excéder douze mois.

Sur les 8.000 nouvelles suppressions d'emplois annoncées le 12 juillet par PSA sur fond de chute de ses ventes en Europe, le groupe compte sur 3.600 départs volontaires et sur 1.900 reclassements internes - 1.500 à Aulnay et 400 à Rennes. Pour les 2.500 autres, PSA va rechercher un reclassement externe dans d'autres entreprises. (Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)