GlaxoSmithKline-T2 inférieur aux attentes, baisse du titre

mercredi 25 juillet 2012 14h15
 

LONDRES, 25 juillet (Reuters) - GlaxoSmithKline a fait état mercredi de résultats trimestriels inférieurs aux attentes, tout en disant que ses ventes sur l'ensemble de 2012 pourraient stagner par rapport à 2011, des déclarations qui font reculer le titre du numéro un britannique de la pharmacie.

Vers 12h10 GMT, le titre Glaxo cédait 1,56% alors que l'indice regroupant les valeurs européennes pharmaceutiques est en baisse de 0,19%.

Le groupe, qui s'était fixé comme objectif de renouer avec la croissance de ses ventes cette année, a été rattrapé par la dégradation de la conjoncture en Europe.

Ses ventes sur le continent ont reculé de 8% au deuxième trimestre, dont 7% au titre des effets prix et 1% en raison de la baisse des volumes.

Les facturations totales du groupe reculent de 4% par rapport à la période comparable un an auparavant à 6,46 milliards de livres sterling (8,23 milliards d'euros), le résultat récurrent par action chutant de 5% à 26,4 pence.

Les analystes s'attendaient en moyenne à un chiffre d'affaires de 6,70 milliards de livres pour un résultat par action de 27,4 pence, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

GSK avait déjà fait état d'un chiffre d'affaires inférieur aux attentes au premier trimestre de cette année et au quatrième trimestre 2011, illustrant les difficultés de son directeur général, Andrew Witty, à remettre le groupe sur le chemin de la croissance.

Les groupes pharmaceutiques sont confrontés à des pressions sur les prix depuis plusieurs années en Europe mais la situation s'est sensiblement aggravée au cours des derniers mois avec les coupes budgétaires drastiques réalisées dans les pays d'Europe du sud.

GSK table entre autres sur un nouveau traitement contre les affections pulmonaires connu sous le nom de Breo ou Revlar pour remplacer son médicament vedette, l'Advair.

La demande d'autorisation pour ce nouveau traitement a été déposée ce mois-ci mais les analystes du secteur doutent qu'il puisse égaler le chiffre d'affaires annuel de l'Advair de 8,0 milliards de dollars en raison des résultats mitigés des essais cliniques.

Andrew Witty s'est aussi attaché à étoffer le portefeuille de traitements biotechnologiques en développement, notamment avec le rachat pour trois milliards de dollars de l'américain Human Genome Sciences, conclu la semaine dernière. (Ben Hirschler, Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)