ENCADRE Le plan auto n'aidera pas que le "Made in France"

mercredi 25 juillet 2012 15h19
 

* Les superbonus annoncés mercredi soutiendront deux innovations françaises

* Renault en pointe sur l'électrique, PSA et Toyota-Valenciennes sur l'hybride

* Le dispositif profitera aussi à des véhicules fabriqués à l'étranger

PARIS, 25 juillet (Reuters) - Le plan de soutien à la filière automobile, en donnant la priorité aux motorisations électriques et hybrides, vise à aider sans les nommer les constructeurs français ou produisant en France, mais d'autres profiteront aussi du dispositif.

La principale mesure annoncée mercredi par le gouvernement crée un superbonus pour l'acquisition de voitures électriques - l'aide passe de 5.000 à 7.000 euros - et pour l'achat de véhicules hybrides, qui associent un moteur thermique à un moteur électrique (4.000 euros contre 2.000 jusqu'ici).

Dans le cas de l'électrique, le dispositif devrait profiter à Renault, qui comptera à la rentrée la gamme la plus complète de véhicules "zéro émission" avec notamment l'utilitaire Kangoo ZE, fabriqué à Maubeuge (Nord) et écoulé à un millier d'exemplaires dans l'Hexagone au premier semestre, et la future citadine Zoé, produite à Flins (Yvelines).

Côté hybride, le doublement du bonus donnera un coup de pouce à PSA Peugeot Citroën, précurseur de l'hybride diesel avec les Peugeot 3008 et Citroën DS5 assemblées à Sochaux (Doubs) et la Peugeot 508 fabriquée à Rennes (Ille-et-Vilaine), ou à la petite Yaris hybride essence que Toyota a lancé le mois dernier à Valenciennes (Nord).

"En pratique, s'il y a des aides à l'hybride, cela va nous conduire à développer les modèles existants", a déclaré Philippe Varin, président du directoire de PSA, lors de la conférence de presse consacrée aux résultats semestriels du groupe. "Mais il est un peu prématuré pour tirer aujourd'hui des conclusions sur d'autres modèles."

PSA prévoit de commercialiser en année pleine 20.000 modèles "Hybrid 4" en France, sur un marché encore anecdotique puisque la technologie hybride n'a représenté au premier trimestre que 0,8% des immatriculations de véhicules neufs dans l'Hexagone, selon des chiffres du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).   Suite...