July 24, 2012 / 6:16 PM / 5 years ago

Aperam-La crise devrait accentuer la baisse saisonnière au T3

4 MINUTES DE LECTURE

BRUXELLES, 24 juillet (Reuters) - Le spécialiste de l'acier inoxydable Aperam a déclaré mardi s'attendre à voir la baisse saisonnière de ses résultats au troisième accentuée par le ralentissement économique mais a dit croire à une remontée des prix en fin d'année.

Le groupe basé à Luxembourg a subi sur la période avril-juin sa quatrième perte nette trimestrielle d'affilée et enregistré un Ebitda (bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement) pratiquement inchangé par rapport au premier trimestre, comme il le prévoyait.

Issu d'une scission l'an dernier d'ArcelorMittal, Aperam explique avoir maintenu ses résultats au deuxième trimestre grâce à la maîtrise de ses coûts, à de bonnes performances au Brésil et à un mix produits plus favorable dans les alliages.

La stagnation de la consommation et les importations à bas prix en provenance d'Asie ont eu pour conséquence des surcapacités sur le marché des aciers inoxydables en Europe, une situation qui favorise la consolidation comme l'a montré le rachat des activités spécialisées de ThyssenKrupp par Outokumpu.

Le secteur souffre aussi de la baisse régulière des cours du nickel, qui incite les distributeurs à déstocker.

Les cours de référence du nickel à Londres ont chuté de plus de 25% depuis début février.

Aperam se dit néanmoins confiant dans une remontée au second semestre.

"La confiance vient du fait que les prix du nickel sont très bas", a expliqué le directeur général, Philippe Darmayan, lors d'une conférence téléphonique. "Il y a un consensus sur le fait qu'ils ont atteint un point bas et qu'ils pourraient remonter."

L'Ebitda est ressorti à 65 millions de dollars, un chiffre quasiment identique à celui du premier trimestre, soit davantage que les 58 millions que prédisaient les analystes interrogés par Reuters.

Aperam a prévenu que ce montant serait en baisse au troisième trimestre. Cette période est traditionnellement faible pour le groupe et les effets du ralentissement économique devraient selon lui accentuer ce phénomène.

Philippe Darmayan a indiqué que le plan d'économies avait permis de réaliser 231 millions de dollars d'économies. D'ici 2013, il vise 350 millions.

La faiblesse de l'euro est encourageante pour le groupe, de même que le celle du réal brésilien contre le dollar, le groupé réalisant l'essentiel de son activité en Europe et au Brésil. (Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below