July 18, 2012 / 9:25 AM / 5 years ago

Les banques suédoises sentent se rapprocher la crise de la dette

5 MINUTES DE LECTURE

* Nordea et Swedbank ont battu le consensus au T2

* Les deux groupes s'attendent à un ralentissement

* Leurs actions progressent

par Mia Shanley et Oskar von Bahr

STOCKHOLM, 18 juillet (Reuters) - Les résultats publiés mercredi par Nordea et Swedbank montrent que les banques scandinaves ne sont plus tout à fait à l'abri de la crise de la dette dans la zone euro, qui risque de peser sur leurs activités et sur leurs marges.

Les deux groupes suédois ont réalisé au deuxième trimestre des bénéfices légèrement supérieurs aux attentes des analystes financiers et affichent des capitaux propres en hausse, mais leur discours est désormais teinté de prudence.

"Même si la région nordique se distingue en Europe par sa stabilité, la plupart des pays restent confrontés à un ralentissement de la croissance économique", a déclaré le directeur général de Nordea, Christian Clausen.

"La baisse du niveau d'activité réduit progressivement la consommation et l'investissement, ce qui signifie que la demande de prêts et d'autres services bancaires sur le marché nordique est faible."

Le bénéfice opérationnel de Nordea a progressé de 16% au deuxième trimestre à 1,10 milliard d'euros, alors que le consensus établi par Reuters le donnait à 945 millions.

Et surtout, les pertes sur créances du groupe ont été inférieures aux attentes.

"Il y a de bonnes surprises à tous les niveaux", a commenté Kimmo Rama, analyste d'Evli Bank.

"Le point primordial tient aux pertes sur créances en raison de l'exposition au Danemark et au secteur du transport maritime. Mais les pertes sur créances au Danemark ont diminué et il n'y a pas de grosses surprises concernant les pertes sur créances liées au transport maritime, donc globalement je vois ça comme de bons résultats."

L'action Nordea gagnait 2,8% en milieu de matinée à la Bourse de Stockholm, surperformant l'indice sectoriel européen Stoxx (+0,34%).

SWEDBANK PRIVILÉGIE LA MAÎTRISE DES COÛTS

De son côté, Swedbank a déclaré que les perspectives macroéconomiques en Europe restaient incertaines.

"Le deuxième trimestre a été davantage caractérisé par la crise de la dette européenne et ses conséquences sur l'économie. En Suède, nous observons des signes annonçant une baisse de l'activité économique, et la confiance dans un rebond a diminué", a dit son directeur général, Michael Wolf, lors d'une téléconférence avec des journalistes.

Le bénéfice opérationnel de la banque ressort à 4,22 milliards de couronnes suédoises (493 millions d'euros), contre 4,12 milliards attendus et 4,32 milliards sur la même période l'an dernier.

L'action Swedbank progressait de 1,24% à 114,20 couronnes vers 09h15 GMT.

Le groupe a expliqué qu'il lui était difficile de présenter des prévisions de résultats précises, ajoutant s'attendre à un scénario défavorable et disant privilégier la mise en oeuvre de son plan d'économies d'un milliard de couronnes pour cette année.

Swedbank, numéro un du secteur dans les pays baltes, s'est dit optimiste quant aux perspectives de l'Estonie et de la Lituanie, précisant prévoir de nouvelles reprises de provisions dans la région.

Lundi, les résultats solides publiés par SEB avaient déclenché un mouvement de hausse sur l'ensemble des valeurs bancaires suédoises mais mardi, les chiffres jugés décevants présentés par Handelsbanken avaient mis l'accent sur la faiblesse des marges. (avec Johan Ahlander, Marc Angrand pour le service français, édité par Natalie Huet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below