La "bad bank" irlandaise ne prévoit plus d'être bénéficiaire

jeudi 5 juillet 2012 18h56
 

DUBLIN, 5 juillet (Reuters) - La structure de défaisance mise sur pied en 2010 par le gouvernement irlandais pour délester les banques du pays de milliards d'euros de créances immobilières douteuses a dit jeudi qu'elle ne prévoyait plus d'être bénéficiaire en raison des difficultés persistances de l'économie et du marché immobilier.

La National Asset Management Agency (NAMA), l'un des plus gros propriétaires immobiliers au monde, avait dit en 2010 avoir élaboré un plan d'entreprise prévoyant un scénario central d'un bénéfice d'un milliard d'euros lors de son démantèlement, programmée en 2020.

Mais après examen de ce plan plus tôt dans l'année, le directeur général de la NAMA Brendan McDonagh a dit jeudi devant une commission parlementaire que ce scénario n'était plus d'actualité.

"Notre scénario de base est un résultat à l'équilibre", a-t-il déclaré.

La NAMA a déboursé près de 32 milliards d'euros pour un portefeuille ayant une valeur comptable de 74 milliards.

La "bad bank" du pays a précisé que sa nouvelle estimation était fondée sur une hausse de 10% de la valeur de ses actifs étrangers et du redressement du marché immobilier du pays, en recul en valeur de quelque 20% depuis 2009. (Conor Humphries, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)