Klépierre confirme ses objectifs, loyers en hausse de 3,1% au T1

mercredi 25 avril 2012 18h00
 

PARIS, 25 avril (Reuters) - Klépierre a confirmé mercredi ses objectifs pour 2012 après avoir enregistré une croissance de 3,1% de ses loyers au premier trimestre soutenue par l'activité des centres commerciaux.

La foncière, désormais détenue à 22,21% par BNP Paribas et à 28,7% par le groupe américain Simon Property Group, anticipe pour cette année une croissance de ses revenus de 4%, et de 2% à 2,5% à périmètre constant. Le cash flow net courant par action 2012 devrait s'améliorer légèrement, avec une hausse comparable à celle de 2011.

L'an dernier, le cash flow net courant par action avait progressé de 1,8%. (voir )

Le groupe confirme par ailleurs dans un communiqué l'objectif d'amélioration de sa structure financière par la mise en oeuvre d'un programme de cessions d'un montant de 1 milliard d'euros à fin 2013 - dont au moins 500 millions d'euros de ventes en 2012 - et par le paiement d'une part du dividende 2011 sous la forme d'actions.

Depuis le début de l'année, la société a cédé pour 131,1 millions d'euros d'actifs et a signé pour 80 millions d'euros de promesses de vente.

A fin mars, les loyers de la société valorisée 4,55 milliards d'euros ont atteint 242,2 millions d'euros, contre 235 millions un an plus tôt (+2,4% à périmètre et change constants), ceux des centres commerciaux ayant crû de 3,7%, à 225,4 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires des commerçants locataires des centres commerciaux a progressé de 2,3% au cours du premier trimestre.

L'endettement net de Klépierre s'élève à 7.600 millions d'euros, en baisse de 18 millions depuis fin décembre. Le coût de la dette est resté stable par rapport à 2011 à 4,2%.

En Bourse, l'action Klépierre a terminé mercredi en hausse de 1,1% à 24 euros avant la publication de la foncière, portant à 8,89% son gain depuis le début de l'année. Unibail-Rodamco est resté stable à 144,30 euros et l'indice SBF 120 a progressé de 2,08%.

Début mars, BNP Paribas a cédé à Simon Property Group un bloc de 28,7% dans Klépierre, accélérant ainsi la réduction de la taille de son bilan et dégageant une plus-value de 1,5 milliard d'euros. (voir ) (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)