L'échange de dette a coûté très cher aux banques grecques

vendredi 20 avril 2012 18h47
 

ATHÈNES, 20 avril (Reuters) - Trois des principales banques grecques ont annoncé vendredi avoir accusé des pertes historiques, pénalisées par le passage de lourdes charges imputables à l'échange de dette grecque organisé le mois dernier.

Alpha Bank et Eurobank ont dit avoir perdu à elles deux 9,3 milliards d'euros, une somme qui représente près de 10 fois leur capitalisation boursière.

Le ratio Core Tier 1 d'Alpha Bank a plongé à 3%. Eurobank, deuxième banque grecque, n'a pas dévoilé le sien, mais elle a indiqué qu'il ne lui restait plus que 875 millions d'euros de fonds propres.

L'échange de dette grecque a contraint les créanciers privés de la République hellénique à accepter une perte réelle de 74% sur la valeur des obligations qu'ils détenaient.

Piraeus Bank, numéro quatre du secteur bancaire grec, a annoncé une perte de 6,6 milliards d'euros en 2011. Comme Eurobank, Piraeus n'a pas dévoilé le montant de son ratio Core Tier 1.

(Lefteris Papadimas et George Georgiopoulos, Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)