Vinci et Spie candidats au rachat d'une division d'Alpiq-sources

mercredi 18 avril 2012 17h24
 

par Arno Schuetze et Gilles Guillaume

FRANCFORT/PARIS, 18 avril (Reuters) - L'énergéticien suisse Alpiq, frappé de plein fouet par la décision de la confédération de sortir du nucléaire, est sur le point de céder une activité d'ingénierie électrique en Allemagne pour laquelle les français Vinci et Spie sont tous deux candidats, ont indiqué trois sources mercredi.

Cegelec (groupe Vinci ), et le groupe d'ingénierie électrique non coté Spie ont tous deux déposé des offres fermes sur EVT (Energie-Versorgungstechnik), activité d'ingénierie électrique d'Alpiq en Allemagne, ont ajouté deux sources proches du dossier et une source industrielle.

Le groupe suisse doit trancher la question le 26 avril, a précisé une d'entre elles.

Vinci, Spie et Alpiq ont refusé de faire un commentaire, tout comme la Deutsche Bank, chargée d'organiser l'opération.

Alpiq a lancé un train de mesures l'an dernier pour restructurer ses activités et se séparer d'actifs non rentables afin de réduire d'un milliard de francs suisses (800 millions d'euros environ) d'ici la fin 2012.

En 2011, le groupe a passé pour 1,7 milliard de francs de dépréciations et de provisions.

Alpiq a également engagé à ce moment-là la vente de sa filiale allemande Alpiq Anlagentechnik Group (AAT), qui regroupe EVT mais aussi Energie-Anlagentechnik (EAT).

Aucune offre n'a été reçue pour l'ensemble d'AAT, qui réalise un milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel pour un effectif d'environ 5.000 personnes.   Suite...