LEAD 3-L'Etat argentin va contrôler YPF, filiale de Repsol

lundi 16 avril 2012 23h27
 

* La question énergétique jugée primordiale par l'Argentine

* Pas de commentaires d'YPF

* L'Espagne prendra des mesures "claires et fortes"

* Une décision "gravement discriminatoire" - Repsol

* Les experts sont sceptiques (Actualisé avec la réaction de Repsol)

BUENOS AIRES, 16 avril (Reuters) - La présidente de l'Argentine Cristina Fernandez a annoncé lundi qu'elle demanderait au Congrès l'expropriation de 51% du capital du groupe d'énergie YPF, s'attirant immédiatement les mises en garde d'importants partenaires commerciaux et en particulier une réaction très vive de l'Espagne.

La question énergétique figure au premier plan des préoccupations du gouvernement argentin en un moment où la situation des finances publiques de la troisième économie latino-américaine s'aggrave.

Le bruit courait depuis des mois que Buenos Aires avait l'intention de nationaliser YPF, filiale du pétrolier espagnol Repsol, faisant plonger l'action du groupe argentin.

"Si cette politique continue - épuisement des gisements, pas de prospection et pratiquement pas d'investissement - le pays finira pas n'avoir plus aucun avenir viable, non pas en raison d'un manque de ressources mais à cause de la politique menée par une entreprise", a dit Fernandez.   Suite...