Les pertes s'accumulent pour la filiale grecque de la SocGen

vendredi 30 mars 2012 21h42
 

ATHÈNES, 30 mars (Reuters) - Geniki Bank, filiale de la Société générale, a fait état vendredi d'un quasi doublement de sa perte nette en 2011, en raison de lourdes provisions pour créances douteuses et de dépréciations sur son portefeuille de dette grecque.

La banque, rachetée par son homologue française en 2004, a accusé l'an dernier une perte de 795,6 millions d'euros, après une perte de 411 millions sur l'exercice 2010.

Geniki a fait état de 484 millions d'euros de provisions pour créances douteuses et d'une dépréciation de 288 millions d'euros de son portefeuille d'obligations souveraines grecques.

La banque a expliqué ses pertes par la détérioration de la conjoncture en Grèce. L'économie grecque s'est contractée de 6,8% l'an dernier et devrait connaître en 2012 sa cinquième année consécutive de récession, tandis que le taux de chômage a grimpé à 21%.

La participation de la Société générale dans le capital de Geniki est passée en décembre à 99,05%, à la suite d'un appel de fonds de 431 millions d'euros visant à renforcer les fonds propres de la banque. (George Georgiopoulos, Natalie Huet pour le service français)