LEAD 1-Air China n'a pas annulé de commandes d'Airbus

jeudi 29 mars 2012 11h25
 

(Actualisé avec précisions, contexte)

HONG KONG/TAIPEI, 29 mars (Reuters) - La compagnie aérienne chinoise Air China a déclaré jeudi qu'elle n'avait pas annulé de commandes d'Airbus et qu'elle envisageait d'accroître ses capacités, malgré la dispute qui oppose Pékin à l'Union européenne au sujet de la taxe carbone introduite en Europe sur le secteur aérien.

En représailles contre cette nouvelle taxe imposée sur les émissions de gaz à effet de serre des vols en provenance ou à destination d'Europe, la Chine a bloqué à ce jour l'achat de 55 Airbus, dont 45 long-courriers A330 et 10 très gros porteurs A380, des commandes d'une valeur totale de 14 milliards de dollars (10,5 milliards d'euros). (voir )

Les commandes en cours d'Air China portent sur 51 Airbus - 30 modèles A320/310 et 21 appareils A330 - dont la livraison est étalée jusqu'en 2014.

"La position de notre gouvernement central est cohérente, elle s'oppose fermement à la décision unilatérale de l'UE d'imposer une taxe carbone. L'attitude d'Air China est la même que celle de notre gouvernement", a dit à la presse le président de la compagnie aérienne, Wang Changshun.

Interrogé sur d'éventuelles annulations par Air China de commandes passées auprès d'Airbus, il a cependant répondu: "Jusqu'à présent, je n'ai reçu aucune information officielle."

Air China a précisé qu'il entendait bien réceptionner cette année les commandes de 35 nouveaux avions, dont 14 Airbus A320/A310 et 6 appareils A330.

La compagnie a toutefois dit souhaiter des négociations bilatérales entre l'UE et la Chine pour résoudre la dispute entourant cette taxe carbone.

Air China estime que cette taxe ferait grimper ses coûts de 200-300 millions de yuans par an (24-36 millions d'euros), tandis que le coût pour l'ensemble du secteur aérien chinois pourrait atteindre 100 millions de dollars par an.

La société a fait état pour 2011 d'un recul de 41% de son bénéfice net à 7,08 milliards de yuans (1,12 milliard de dollars), un recul imputé à la hausse de ses coûts ainsi qu'au déclin du trafic passager international du fret.

Vers 10h55 à la Bourse de Paris, l'action EADS gagnait 0,44% à 30,83 euros, tandis que le CAC 40 reculait de 0,11%. (Alison Leung, Henri-Pierre André et Natalie Huet pour le service français? édité par Jean-Michel Bélot)