L'UE n'obligera pas Commerzbank à vendre Eurohypo-sources

jeudi 22 mars 2012 14h40
 

BERLIN, 22 mars (Reuters) - La Commission européenne n'obligera pas Commerzbank à vendre sa filiale Eurohypo mais elle interdira à la banque toute acquisition jusqu'en 2014, a-t-on appris jeudi de sources proches de la banque et de ses actionnaires.

La CE imposera également comme condition que le bilan de Commerzbank soit ramené à 600 milliards d'euros d'ici la fin 2014, a précisé l'une des sources.

Eurohypo, filiale du groupe spécialisée dans le crédit immobilier, est en grande difficulté depuis la crise financière de 2008, au point de mettre en péril la solidité financière de sa maison mère.

Cette dernière a bénéficié d'une aide de 18 milliards d'euros durant la crise financière, en échange de quoi la CE avait demandé la vente d'Eurohypo d'ici 2014.

Mais la banque a renoncé à tout espoir de trouver un acheteur pour une filiale qui a accusé l'an dernier une perte de près de quatre milliards d'euros.

"Ce qu'il nous faut résoudre, c'est la question de savoir comment traiter le dossier Eurohypo", a reconnu le président du directoire de Commerzbank Martin Blessing, dans un entretien publié jeudi par le mensuel Manager Magazin.

Trouver une issue rapide à ce dossier permettrait à Commerzbank de renforcer ses fonds propres au moment où les autorités de régulation durcissent les normes de solvabilité.

Réduire les actifs à risque, dont une bonne part se trouve dans les comptes d'Eurohypo, est l'une des stratégies permettant d'atteindre cet objectif.

"A moyen terme, nous voulons cesser (notre activité de financement public), explique Martin Blessing dans Manager Magazin. "Nous voulons réduire de moitié l'activité immobilier."

Il explique également que Commerzbank prévoit de reprendre en 2013, donc un an plus tard que prévu, le versement de dividendes à ses actionnaires. Le dernier dividende payé par la banque l'a été au titre de 2007.

A la Bourse de Francfort, l'action Commerzbank perdait 2,68% à 1,891 euro vers 13h30 GMT alors que l'indice Dax cédait 1,61% et que le Stoxx paneuropéen du secteur bancaire reculait de 1,88%. (Matthias Sobolewski et Madeline Chambers, Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)