5 janvier 2012 / 16:49 / dans 6 ans

Arianespace attend le premier tir du petit lanceur Vega début 2012

PARIS, 5 janvier (Reuters) - Arianespace attend le tir inaugural de Vega d‘ici mars, un lanceur plus léger qui lui permettra de se développer sur le marché des petits satellites d‘observation et complètera les fusées Ariane 5 et Soyouz, a déclaré jeudi son PDG Jean-Yves Le Gall.

Le consortium européen prévoit cette année sept lancements d‘Ariane 5 et cinq de la fusée russe Soyouz, et compte conserver la moitié du marché des satellites commerciaux, où la demande liée aux applications des télécoms et des médias et la croissance des pays émergents reste vive.

“Le problème dans ce secteur, ce n‘est pas tant avec les clients - la demande est toujours là et elle est croissante - c‘est avec le financement”, a dit Jean-Yves Le Gall lors d‘une conférence de presse de voeux d‘Arianespace, citant les difficultés des nouveaux entrants à trouver des crédits.

Arianespace évalue son chiffre d‘affaires de 2011 à 985 millions d‘euros, avec un carnet de commandes record de 4,5 milliards au 1er janvier 2012 et des tarifs qui devraient poursuivre leur hausse.

Le marché des satellites commerciaux devrait se stabiliser autour de 25 unités par an à long terme après des années fastes à 30 ou 35 unités en 2009 et 2010, à moins que la crise de la dette n‘aggrave cet effet de correction, a déclaré fin décembre à Reuters Reynald Seznec, PDG de Thales Alenia Space. (Voir )

Créée en 1980, Arianespace a pour principaux actionnaires le Centre national d’études spatiales (Cnes) et Astrium, filiale européen du groupe d‘aéronautique et de défense EADS.

Jean-Yves Le Gall a indiqué que le tir inaugural de Vega devrait intervenir avant le premier lancement de l‘année d‘Ariane 5 prévu le 9 mars, mais qu‘il revenait à l‘Agence spatiale européenne (ESA) d‘annoncer la date exacte.

Il a précisé à Reuters que le satellite d‘observation optique de haute résolution SSOT (Sistema satelital para observación de la tierra) pour les forces armées chiliennes, lancé le 17 décembre sur la fusée Soyouz, était “le candidat type” pour Vega.

Une fusée Soyouz a déjà décollé en octobre 2011 pour la première fois en Guyane pour mettre sur orbite les deux premiers satellites de la constellation Galileo, le programme de “GPS” européen.

Jean-Yves Le Gall a déclaré qu‘Arianespace visait un rythme de cinq à sept lancements d‘Ariane 5 par an, deux à quatre pour Soyouz et un à deux pour Vega.

“L‘idée c‘est d‘arriver à les répartir à peu près harmonieusement tout au long de l‘année et donc de lisser le plan de charge”, a-t-il expliqué.

Les synergies liées à la gamme de trois lanceurs vont permettre de réduire de 20% les coûts opérationnels de chaque lancement d‘Ariane 5 à partir de cette année, a également fait valoir Jean-Yves Le Gall.

Pour préparer l‘avenir d‘Ariane, une conférence ministérielle des pays européens de l‘ESA est programmée pour la fin 2012, avec sur la table l‘augmentation de la performance d‘Ariane 5 ou le passage direct à Ariane 6 à horizon 2025.

“Il y a des arguments pour aller dans un sens, pour aller dans l‘autre. L‘idéal serait d‘aller dans les deux”, a dit Jean-Yves Le Gall à Reuters. “Mais il y a aussi des contraintes budgétaires (et) cela dépendra de la demande du marché”. (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below