ENCADRE Les entreprises françaises exposées à la Turquie

jeudi 22 décembre 2011 19h44
 

PARIS, 22 décembre (Reuters) - L'adoption par les députés français d'une proposition de loi visant à pénaliser la négation des génocides, notamment le génocide arménien, a entraîné le rappel de l'ambassadeur turc en poste à Paris. .

Voici plusieurs entreprises françaises présentes en Turquie, et dont l'activité pourrait être affectée si les relations franco-turques venaient à se dégrader davantage.

* RENAULT et PSA ont chacun avec des partenaires une usine à Bursa. Renault produit sur place notamment la Clio 3 et la Fluence, tandis que PSA y fabrique les petits utilitaires Nemo et Bipper en partenariat avec Fiat .

Un porte-parole de Renault a dit que le groupe suivait attentivement l'évolution de la situation, mais qu'il n'observait pas de retombée à ce jour. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de PSA.

* DEXIA cherche à vendre sa filiale turque Denizbank dans le cadre de son démantèlement. Un porte-parole de la banque franco-belge n'a pas souhaité faire de commentaires sur les tensions diplomatiques entre la France et la Turquie et de leurs éventuels effets sur le processus de vente.

* LAFARGE. Le cimentier a procédé début 2009 à d'importantes cessions d'actifs ciment, béton et granulat en Turquie. Il est encore présent dans le plâtre via une co-entreprise avec le turc Dalsan.   Suite...