10 novembre 2011 / 08:00 / il y a 6 ans

Zurich surprend au T3 grâce à des exceptionnels

ZURICH, 10 novembre (Reuters) - Zurich Financial Services (ZFS) a publié jeudi un bénéfice trimestriel très supérieur aux attentes, dopé par des éléments exceptionnels, qui ont plus que compensé l'impact des catastrophes naturelles.

Le bénéfice net du groupe suisse d'assurances a bondi à 1,24 milliard de dollars au troisième trimestre, contre 756 millions sur la même période de l'an dernier.

Son directeur financier, Dieter Wemmer, a expliqué lors d'une conférence téléphonique que le groupe avait enregistré des gains d'environ un milliard de dollars sur des instruments de couverture au cours du trimestre, qui a également a été marqué par des plus-values sur investissements de 1,6 milliard.

Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un résultat de 741 millions de dollars.

Le bénéfice opérationnel (BOP) a parallèlement baissé à 1,12 milliard de dollars après 1,24 milliard, alors que le consensus le voyait à 1,15 milliard. Une dégradation que Zurich explique par l'impact inhabituellement élevé des catastrophes naturelles.

Le ratio combiné s'est dégradé à 98,8%, alors que les analystes tablaient sur 97,5%.

Le chiffre d'affaires du groupe, soit les primes brutes, les émoluments de polices et les taxes de management, s'est étoffé de 6% à 27,05 milliards de dollars.

Les fonds propres ont légèrement fondu à 31,87 milliards mais leur rendement s'est amélioré à 15,7% contre 10,3% un an plus tôt.

Le numéro quatre de la branche en Europe est exposé à hauteur de 12 milliards de dollars aux dettes des pays en difficulté de la zone euro, dont 5,7 milliards pour l'Italie et 5 milliards pour l'Espagne.

Zurich estime en outre à 105 millions de dollars sa couverture dans les dégâts causés par l'ouragan Irene aux Etats-Unis. Le directeur financier a en revanche jugé qu'il était trop tôt pour donner une estimation des inondations en Thaïlande.

Le groupe a rappelé que l'exercice en cours avait été marqué par nombre de catastrophes naturelles, ce qui en fait "la pire année depuis les désastres causés par l'ouragan Katrina sur la Nouvelle-Orléans en 2005".

Le directeur financier n'a pas voulu commenter un éventuel dividende, ajoutant que c'était du ressort du conseil d'administration qui décidera d'ici février. (Pascal Schmuck, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below