Bénéteau-Bénéfice sous les attentes mais dividende accru de 50%

mercredi 9 novembre 2011 19h44
 

PARIS, 9 novembre (Reuters) - Le groupe Bénéteau a annoncé mercredi qu'il allait proposer le versement d'un dividende en hausse de 50% après avoir enregistré une forte amélioration de sa rentabilité au titre de son exercice fiscal 2010-2011.

Malgré un bond de 49,2% de son bénéfice net part du groupe, à 47 millions d'euros à fin août, ce résultat ressort toutefois en dessous des attentes des analystes interrogés par Thomson Reuters I/B/E/S qui visaient en moyenne un chiffre de 51,56 millions d'euros.

Le premier constructeur mondial de voiliers espère que les salons d'hiver lui permettront de préciser la tendance de la saison 2012 après avoir relevé une bonne tenue des commandes prises sur les salons d'automne et des intentions d'achats plus nombreuses que l'an passé, même si leur concrétisation est retardée par l'instabilité économique et financière actuelle.

"Un apaisement des tensions en Europe pourrait réduire cet attentisme et rendre ainsi possible une stabilité du marché nautique pour l'année", estime dans un communiqué le groupe dont le chiffre d'affaires a progressé de 18,3% à 921,8 millions d'euros.

Bénéteau souhaite proposer lors de son assemblée générale du 27 janvier de verser un dividende de 0,18 euro par action, contre 0,12 euro pour l'exercice précédent, soit près d'un tiers du résultat net part du groupe et un peu plus de 2% du cours de clôture mercredi de l'action à 8,94 euros (-4,35%).

L'amélioration de la rentabilité de la société, dont la trésorerie nette s'élève à 101,5 millions d'euros au 31 août, résulte principalement de son activité Bateaux, qui représente 75% du chiffre d'affaires de Bénéteau.

Cette activité a dégagé un résultat opérationnel de 54,4 millions d'euros sur l'exercice 2010-2011, contre 32,5 millions d'euros un an plus tôt. Hors effet de change, ce bénéfice s'élève à 59,1 millions d'euros, en ligne avec l'objectif du groupe, valorisé 740 millions d'euros en Bourse. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)