8 novembre 2011 / 06:39 / il y a 6 ans

RPT-LEAD 5-La Société générale renonce au dividende pour surmonter la crise

* Bénéfice net en repli de 30,6% au T3, à E622 mlns

* Dépréciation additionnelle de E333 mlns sur la Grèce

* SocGen pense reprendre un dividende pour 2012-DG délégué

* L‘action signe la plus forte hausse du CAC 40 (Actualisé avec déclaration de Baroin, détails sur le dividende, graphique)

par Matthieu Protard et Lionel Laurent

PARIS, 8 novembre (Reuters) - La Société générale , engagée comme les autres banques françaises dans un plan de réduction de son bilan, a renoncé mardi à verser un dividende à ses actionnaires pour 2011 et taillera dans les bonus pour renforcer ses fonds propres sans appel au marché et sans aide publique.

Le ministre de l‘Economie François Baroin s‘est félicité de ces décisions de la deuxième banque française par la capitalisation boursière.

“Le fait d‘annoncer de ne pas distribuer de dividende et de ne pas faire appel à un guichet public va dans la bonne direction et correspond à ce que nous avons dit”, a-t-il dit à Bruxelles, à l‘issue de la réunion des ministres européens des Finances sur la mise en oeuvre du plan de recapitalisation bancaire de 106 milliards d‘euros. (voir )

Le gouvernement français avait demandé la semaine dernière aux banques de mettre en réserve leurs bénéfices pour se recapitaliser, tout en leur demandant de ne pas réduire l‘offre de crédit aux entreprises afin de ne pas risquer de brider toute perspective de reprise économique.

“La priorité de la Société générale est le renforcement du capital”, a déclaré Frédéric Oudéa, le PDG du groupe bancaire, lors d‘une conférence téléphonique avec les analystes. “Nous voulons être au rendez-vous des exigences prudentielles dans les meilleurs délais.”

Le directeur financier, Didier Valet, a expliqué que depuis la privatisation de la Société générale en 1987, la banque avait toujours versé un dividende. Avec la crise financière et l‘affaire Kerviel, elle l‘avait toutefois assorti ces trois dernières années d‘une option de paiement en actions.

A la Bourse de Paris, l‘action SocGen gagnait 8,2% à 18,93 euros à 13h45, après avoir grimpé de 9% dans la matinée, signant la plus forte hausse de l‘indice CAC 40 (+2,08%).

A ce niveau de cours, le titre perd toutefois encore 52,9% de sa valeur depuis le début de l‘année, faisant resssortir une capitalisation boursière à 14,68 milliards d‘euros. Sur la période, l‘indice bancaire européen abandonne 30,5%.

Graphique de l’évolution du “price to book” des banques françaises depuis 2007 :

r.reuters.com/ryp84s

RETOUR DU DIVIDENDE POUR 2012

“La baisse dans les activités de BFI (banque de financement et d‘investissement, NDLR) a été compensée par la banque de détail en France et les services financiers spécialisés”, relève un trader parisien qui n‘a pas souhaité être nommé.

Alex Koagne, analyste chez Natixis, note toutefois que “retraité de l‘impact de la dette propre, les chiffres sont inférieurs au consensus”.

“En plus, l‘abandon du dividende n‘est pas réellement une surprise mais constitue néanmoins une mauvaise nouvelle”, ajoute-t-il.

Comme BNP Paribas, la SocGen a appliqué dans ses comptes du troisième trimestre une décote de 60% sur la Grèce, ce qui s‘est traduit par une nouvelle dépréciation de 333 millions d‘euros.

Son bénéfice net est tombé à 622 millions d‘euros au troisième trimestre alors que le consensus établi par la rédaction de Reuters tablait sur un résultat net en repli de 4% seulement à 858 millions d‘euros.

La Société générale, qui a été contrainte d‘abandonner ses objectifs financiers pour 2012, estime qu‘elle devrait toutefois renouer avec le versement d‘un dividende au titre de l‘exercice 2012.

“Nous réservons notre position sur le dividende 2012. Pour l‘instant, nous estimons que nous pourrons reprendre au titre de l‘exercice 2012 un paiement normal de dividende”, a dit Jean-François Sammarcelli, son directeur général délégué, sur Radio Classique.

Natixis et le Crédit agricole , qui publient leurs résultats mercredi et jeudi, n‘ont pas souhaité s‘exprimer sur le sujet. BNP, qui a indiqué la semaine prochaine qu‘elle déciderait sur le dividende au vu de ses résultats annuels, n‘a pas non plus souhaité s‘exprimer.

“SCÉNARIOS DE RAPPROCHEMENT FANTAISISTES”

Sous la pression des marchés et pour rassurer les investisseurs, les trois grandes banques françaises cotées ont lancé en septembre des programmes des cessions d‘actifs et d‘arrêt d‘activités destinés à réduire la taille de leur bilan et leurs besoins de financement.

La SocGen a fait savoir qu‘elle avait cédé au cours des quatre derniers mois pour 10 milliards d‘euros d‘actifs toxiques.

Elle prévoit également de réduire ses coûts de 5% à 10% l‘an prochain dans ses activités de banque de financement et d‘investissement (BFI).

“C‘est un plan très strict de réduction de coûts pour l‘année prochaine”, a souligné Michel Peretié, le responsable de la BFI de la SocGen.

Si la banque a refusé de rentrer dans le détail d’éventuelles cessions d‘actifs, elle a exclu toute idée de rapprochement.

“Les scénarios de rapprochement par les temps qui courent me paraissent plus fantaisistes les uns que les autres, que ce soit sur la BFI ou plus généralement”, a insisté Frédéric Oudéa.

Interrogé sur le calendrier des cessions, il a répondu : “On y verra plus clair (...) au premier semestre 2012.”

Voir aussi:

* Le communiqué de SocGen :

link.reuters.com/gep84s

* La présentation :

link.reuters.com/hep84s

* LE POINT sur l‘actualité des banques (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below