6 mai 2009 / 05:24 / il y a 8 ans

LEAD 4 BNP signe un T1 bien meilleur que prévu, dopé par la BFI

* Bénéfice net de E1.558 mlns, supérieur aux attentes

* Ratio Tier One à 8,8% au 31 mars

* Pas d'augmentation de capital pour rembourser l'Etat

(actualisé avec réactions d'analystes, déclarations de BNP et du cours)

Par Matthieu Protard et Julien Ponthus

PARIS, 6 mai (Reuters) - BNP Paribas (BNPP.PA) a fait état mercredi d'un bénéfice net largement supérieur aux attentes du marché au premier trimestre 2009, dopé par ses activités dans la banque de financement et d'investissement, en dépit du contexte de crise.

Pour les trois premiers mois de l'année, son bénéfice net, en baisse de 21,4%, a atteint 1.558 millions d'euros, près du double du consensus Reuters qui tablait en moyenne sur un bénéfice de seulement 784 millions d'euros.

Dans sa banque de financement et d'investissement (BFI), qui avait subi des pertes au quatrième trimestre 2008, les comptes repassent dans le vert et affichent un résultat avant impôt de 1,23 milliard d'euros contre 318 millions un an plus tôt, grâce à une activité soutenue sur le marché obligataire.

Vers 13h00 à la Bourse de Paris, l'action BNP Paribas s'adjugeait 6,41% à 44,92 euros, surperformant nettement l'indice sectoriel DJ Stoxx .SX7P des banques européennes en progression au même moment de 1%.

A ce cours, le titre a gagné près de 49% depuis le début de l'année, après en avoir abandonné plus de 59% en 2008.

"Ces résultats sont spectaculaires et la contribution de la BFI est au-delà de toute attente", a commenté Eric Vanpoucke, analyste chez Sal Oppenheim, estimant cependant qu'une telle performance ne saurait être répétée tout au long de l'année.

"C'est un trimestre record. 70% du résultat que l'on attendait pour l'ensemble de l'année 2009 a été réalisé au premier trimestre", a de son côté relevé un autre analyste qui, à l'instar de nombreux de ses collègues, prévoyait de revoir à la hausse ses objectifs de cours pour le titre.

DE NOUVELLES PROVISIONS À VENIR

Sans donner de prévisions chiffrées pour les prochains mois, la banque, qui vient de racheter le belge Fortis FOR.BR, s'est toutefois voulue prudente en indiquant que la crise n'était pas terminée et que la hausse des provisions allait se poursuivre.

"Nous allons encore avoir pas mal de provisions parce que la récession frappe partout dans le monde", a prévenu Baudouin Prot, le directeur général de BNP Paribas sur la radio BFM.

Sur le premier trimestre 2009, son coût du risque, qui mesure l'effort de provisionnement nécessaire pour faire face à la crise, a d'ailleurs été multiplié par 3,3 pour atteindre 1,8 milliard d'euros, et l'essentiel a été passé pour couvrir les risques liés au crédit.

BNP note que la crise a affecté le portefeuille de crédit de sa filiale américaine BancWest, ses activités en Ukraine ainsi que ses activités de financement et de finance personnelle, comme le crédit à la consommation.

Baudouin Prot a toutefois indiqué que le portefeuille de crédit avec effet de levier (LBO) de la banque, qui s'élève à neuf milliards d'euros, n'était pas une source d'inquiétude.

Il a par ailleurs prévenu sur la chaîne de télévision CNBC qu'il fallait pour l'avenir s'attendre à des niveaux de rendement sur fonds propres inférieurs "à ce qu'ils étaient en 2006 et 2007".

PAS D'AUGMENTATION DE CAPITAL PRÉVUE POUR REMBOURSER L'ETAT

Au 31 mars 2009, le ratio de solvabilité financière "Tier One" de BNP Paribas ressort à 8,8% contre 7,8% fin 2008. La banque dépasse au passage l'objectif de 8,4% affiché lorsque qu'elle a sollicité la deuxième tranche d'aide du gouvernement français au secteur bancaire.

"Leur Tier One, à 8,8% contre un objectif à moyen terme de 7,5%, est confortable dans la mesure où il pourrait leur permettre d'absorber de nouveaux chocs", souligne Eric Vanpoucke.

Le groupe a émis fin mars 5,1 milliards d'euros d'actions de préférence au profit de l'Etat français qui détient désormais 17% de son capital.

Baudouin Prot a fait savoir que la banque allait attendre "quelques trimestres", le temps que "la situation redevienne vraiment normale", avant de rembourser l'aide de l'Etat.

Il a en revanche écarté toute augmentation de capital pour racheter les actions préférentielles souscrites par le gouvernement français. "Nous le ferons sur nos bénéfices", a-t-il assuré.

BNP a aussi fait savoir que le "rapprochement opérationnel" avec Fortis, pour lequel la banque a reçu la semaine dernière le feu vert des actionnaires, devrait commencer dès la mi-mai.

BNP, qui espère obtenir l'accord de la Commission européenne "dans les jours qui viennent", devrait désigner le président de "BNP Paribas Fortis", nouveau nom de Fortis, dans les prochains jours.

Prié de dire si l'intégration de Fortis allait s'accompagner de réduction d'effectifs, le directeur général de BNP a répondu que le banque entendait privilégier la mobilité interne ainsi que les départs volontaires.

Jean-Laurent Bonnafé, directeur général délégué de la banque française, a de son côté indiqué que Fortis Banque devrait être "légèrement" bénéficiaire en 2009 hors éléments exceptionnels.

édité par Jacques Poznanski et Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below