6 novembre 2008 / 09:24 / dans 9 ans

LEAD 3 Danone - Croissance ralentie en 2009, le titre baisse

* Confirmation des objectifs 2008

* Hausse à deux chiffres du BNPA dilué en 2009 mais croissance du CA inférieure à l‘objectif moyen terme

* Alerte sur les pays émergents

Par Noëlle Mennella

PARIS, 6 novembre (Reuters) - L‘action Danone (DANO.PA) a sensiblement baissé jeudi après l‘annonce par le groupe d‘une prévision de croissance organique de ses ventes inférieure en 2009 à l‘objectif de 8% à 10% fixé sur le moyen terme.

Pour 2008, Danone anticipe bien une croissance de 8 à 10% du chiffre d‘affaires en données comparables mais il estime qu‘elle devrait être “inférieure de quelques points” à cette fourchette en 2009. Sur le seul quatrième trimestre 2008, Danone table sur un rythme compris entre 5 et 6%.

Le groupe agroalimentaire prévoit pour 2008 une hausse de 40 à 50 points de base de sa marge opérationnelle courante en données comparables et une progression en 2009 et à moyen terme.

Concernant son bénéfice net courant dilué par action, il attend une progression d‘au moins 15% en 2008, sur la base du BNPA pro forma 2007 de 2,38 euros, puis une croissance à deux chiffres en 2009.

“La prévision concernant la croissance organique prévue pour 2009 constitue une déception et c‘est pourquoi le titre baisse même si l‘objectif de progression à deux chiffres du bénéfice par action est une consolation”, commente Pierre Tegner (Oddo Securities).

Le titre Danone a clôturé en baisse de 5,85% à 41,34 euros, portant son recul à près de 33% depuis le début de l‘année quand le CAC 40 abandonnait 6,38% et l‘indice sectoriel européen .SX3P 2,57%.

RALENTISSEMENT DANS LES PAYS EMERGENTS

Lors d‘une conférence de presse, Emmanuel Faber, le directeur général délégué de Danone, a expliqué que les objectifs 2009 prenaient pour hypothèse une dégradation de l‘environnement économique et financier et une stabilité des coût des matières premières par rapport à 2008.

Il a précisé que la crise actuelle allait provoquer l‘année prochaines des transformations aussi bien dans les pays développés que dans les pays émergents.

Dans ce contexte, Danone continuera à soutenir ses marques mais accélérera ou freinera ses efforts, métier par métier, marché par marché, pour traverser dans les meilleures conditions une année 2009 incertaine.

Evoquant le contexte de ralentissement économique mondial, Emmanuel Faber a insisté sur la situation des pays émergents.

“Les signes avant-coureurs d‘un ralentissement des pays émergents que l‘on commence à percevoir ne sont pas des épiphénomènes mais le signe d‘un ralentissement qui va toucher significativement les grandes économies émergentes”, a-t-il déclaré.

Les crises de croissance que pourraient connaître la Chine, la Russie, le Mexique, le Brésil, l‘Argentine où l‘Indonésie constituent des risques plus au moins élevés pour le groupe, a-t-il poursuivi.

Dans les pays développés, Emmanuel Faber a indiqué que la France et le Royaume-Uni pourraient connaître une baisse de leur chiffre d‘affaires dans l‘eau en raison de la baisse du pouvoir d‘achat des consommateurs.

Cependant, le directeur général délégué a dit ne pas s‘attendre à de grand changement dans l’évolution des marges de la branche eau l‘an prochain.

Dans les produits laitiers frais, il a prédit “une très légère croissance positive” en estimant que le prix du lait devrait rester stable en 2009 après l‘augmentation de 40% en cumulé enregistrée en 2007 et 2008 qui a coûté 700 millions d‘euros au groupe, soit cinq points de marge.

Au final, Danone reste confiant dans sa capacité à gérer des parts de marché. “Nous sommes dans une dynamique qui, de ce point de vue, nous permet d’être relativement optimiste”, a ainsi déclaré Emmanuel Faber.

Il a évoqué diverses économies que le groupe pourraient réaliser comme par exemple “des rectifications de périmètre et d‘actifs” liées à l‘intégration de Numico, fabricant néerlandais d‘aliments pour bébé acquis en 2007.

“Il y a des marques qui ne sont pas au centre de nos intérêts stratégiques”, a ajouté Emmanuel Faber. Il a indiqué que le groupe comptait “faire un tri très sélectif sur les ouvertures des nouveaux pays en 2009” mais il a aussi écarté l‘hypothèse de fermetures d‘usines.

Enfin, Emmanuel Fabert a assuré que Danone n‘avait aucun problème de liquidité. /CA/NM

(Avec la contribution de Cyril Altmeyer)

Édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below