Manitou-Net ralentissement au T3, CA T4 vu en baisse de 15 à 20%

jeudi 6 novembre 2008 18h27
 

PARIS, 6 novembre (Reuters) - Manitou (MANP.PA: Cotation), le fabricant d'engins de manutention, a annoncé jeudi un net ralentissement de son activité au troisième trimestre et table pour le quatrième trimestre sur une baisse de ses ventes de l'ordre de 15 à 20%.

A taux de change courants, l'augmentation des ventes du troisième trimestre est limitée à 3%, contre un rythme de 8% pour les six premiers mois de l'exercice. A fin septembre, le chiffre d'affaire inscrit une hausse de 6,6% à 1.001 millions d'euros.

Dans un communiqué, le groupe explique que "la propagation rapide du retournement du marché de la construction aux principaux pays d'Europe, et l'accentuation d'une crise de liquidité financière sans précédent touchant toutes les zones géographiques dans le monde", ont eu pour conséquences :

* une chute brutale du niveau des prises de commandes des matériels de manutention tout terrain qui a baissé des 2/3 par rapport au 3ème trimestre 2007,

* de nombreuses demandes de report de livraison de la part de distributeurs ou concessionnaires confrontés à des trésoreries très tendues,

* des annulations ponctuelles de commandes sur des marchés qui ont momentanément disparu, tels que la Russie ou certains autres pays d'Europe centrale.

S'agissant des perspectives pour 2008, Manitou indique que "compte tenu de la forte dégradation de l'environnement économique en Europe et de la persistance des difficultés à obtenir des crédits dans les semaines à venir", il pourrait enregistrer une baisse de son chiffre d'affaires au 4e trimestre de l'ordre de 15 à 20% en dépit du niveau de son carnet de commandes.

"Une telle perspective conduirait à un chiffre d'affaires 2008 pro-forma du même ordre de grandeur que celui de l'exercice 2007", ajoute-t-il.

Dans ces conditions, "le groupe ne serait pas en mesure de réaliser son objectif de rentabilité, qui serait impacté par la baisse d'activité et par les mesures d'adaptation qui pourraient être rendues nécessaires si le niveau des prises de commandes ne se redressait pas".   Suite...