LEAD 2 Freddie Mac - Quatrième perte trimestrielle d'affilée

mercredi 6 août 2008 23h41
 

(actualisé avec la déclaration du P-DG de Freddie Mac)

NEW YORK, 6 août (Reuters) - Freddie Mac FRE.N, numéro deux américain du refinancement de crédits immobiliers, a fait état mercredi d'une quatrième perte trimestrielle consécutive et a multiplié par plus de deux ses provisions pour créances douteuses en prévision d'un marasme prolongé du marché américain de l'immobilier.

Pour préserver sa base de capital, Freddie Mac a également annoncé son intention de réduire drastiquement son dividende, d'au moins 80% à cinq cents par action. Sur une base annualisée, cette décision lui permettrait d'économiser plus de 500 millions de dollars. Les provisions pour créances douteuses sont portées à 2,5 milliards.

Ces annonces ont provoqué le plongeon du titre à la Bourse de New York où il a clôturé en baisse de 19,28%, tandis que son homologue Fannie Mae abandonnait 14,71%.

Les résultats plus mauvais que prévu de Freddie Mac sont publiés seulement trois semaines après l'annonce par le Trésor américain et la Réserve fédérale, le 13 juillet, d'un vaste plan de redressement pour le secteur du refinancement hypothécaire, notamment pour Freddie Mac et le numéro un Fannie Mae FNM.N.

Le directeur financier de Freddie Mac, Buddy Piszel, a répété qu'il entendait conserver une base de capital supérieure aux ratio exigés par le régulateur, et qu'il pouvait se permettre d'attendre que les conditions de marché "chaotiques" s'améliorent avant de procéder à l'augmentation de capital envisagée [ID:nL1837253], qui pourrait dépasser 5,5 milliards de dollars.

Mercredi, Richard Syron a pourtant assuré que Freddie Mac devrait ne pas avoir besoin de l'aide du gouvernement pour survivre.

"Nous ne prévoyons pas d'y recourir", a-t-il déclaré dans un entretien accordé à la chaîne de télévision CNBC.

Si l'économie américaine venait à souffrir autant que lors de la dépression des années 1930, "il serait alors possible que nous ayons à employer ce plan, mais nous n'anticipons pas cela. En aucun cas.", a-t-il dit.   Suite...